Communication : Conclave décisif pour l’Union africaine de radiodiffusion à Libreville

Le conseil exécutif de l’Union africaine de radiodiffusion est en conclave dans la capitale gabonaise jusqu’à la fin de cette semaine où la refondation de cette instance panafricaine sera abordée.

L’Union africaine de radiodiffusion (UAR) est ainsi en train de vivre à Libreville un moment important de son histoire. Une décennie après sa création, l’instance panafricaine devrait connaitre un nouveau départ à l’issue de ce conclave. En effet, les membres des délégations des pays membres qui ont fait le déplacement avaient la lourde tâche de revisiter les textes fondamentaux et juridiques de l’UAR. Ils ont abordé également la question de la mise en place d’un réseau d’échanges de programmes. Enfin, à l’heure où l’Afrique est en pleine mutation, le virage numérique de l’instance a été aussi évoqué.

Abriter ce conclave est un plus pour le Gabon qui a engagé une profonde refonte de son secteur audiovisuel depuis 2010. La contribution du pays à la restructuration de l’UAR est de ce fait précieuse. Lors de sa prise de parole, durant la réunion, la ministre déléguée auprès du ministre d’Etat, en charge de la communication, Chantal Akouosso, a indiqué que le fait d’être dans l’UAR va permettre aux pays membres de faire face aux  »grands challenges du son et de l’image ». Parmi ces challenges, il y a notamment la nécessité de produire des contenus attractifs à un auditeur et téléspectateur africain de plus en plus exigeants.

Le conclave de l’UAR à Libreville entre par ailleurs dans la préparation de l’assemblée général de l’instance prévue au mois de mars 2018 au Congo. Pour rappel, l’Union africaine de radiodiffusion a vu le jour en 2006. Elle a remplacé l’Union des radiodiffusions et télévisions nationales d’Afrique (URTNA) et compte aujourd’hui 51 membres. La mission de l’Union est de défendre les intérêts de l’audiovisuel en Afrique.