Politique budgétaire : « Donner du sens à la dépense publique »

Le Gabon a annoncé des mesures pour réduire les dépenses publiques au sein de l’administration. La gestion des deniers de l’Etat devrait également connaitre des changements pour plus de performance. Jean-Fidèle Otandault, Ministre d’Etat en charge du Budget, poursuit ainsi la concrétisation sur le terrain de sa conception de la gouvernance financière du pays :  » donner du sens à la dépense publique ».

Le temps où l’Etat dépensait sans aucune visibilité ou presque est révolu. Devant la situation actuelle où les recettes pétrolières ne sont plus ce qu’elles étaient à cause de la chute du cours du baril, le gouvernement s’est lancé depuis dans une politique de réalisme marquée par la recherche d’une meilleure allocation des ressources. Conformément au Plan de Relance de l’Economie qui prévoit entre autres l’assainissement des finances publiques, le gouvernement a annoncé des mesures drastiques pour réduire le train de vie de l’administration.

Pour acter la mise en œuvre de cette politique, il a été annoncé une réduction de 10% de l’indemnité de fonction versée aux membres du gouvernement. De la même manière, le plafonnement des indemnités des présidents de Conseil d’administration des établissements publics de l’Etat va être abaissé de 10%.

Par ailleurs, les secrétaires généraux, directeurs généraux et directeurs d’administration centrale bénéficiant de véhicules de fonction ne devront plus recevoir une indemnité de transport. En outre, les dépenses liées à l’achat des véhicules administratifs seront plafonnées et les modalités d’attribution et d’usage seront revues. Des audits seront menés autour des rémunérations des salariés dans les établissements publics de l’Etat.

D’un autre côté, les modalités d’attribution des subventions et aides publiques seront également revues et dans ce sens, le gouvernement a prévu la mise en place d’un contrat d’objectif. Il en est de même pour les baux administratifs où le renouvellement tacite n’est plus de mise. Idem pour la reconduction des contrats.

Pour ce qui est de la gestion des finances publiques, le gouvernement a envisagé un nouveau dispositif réglementaire pour en améliorer la performance. Concrètement, les directeurs centraux aux affaires financières seront désormais rattachés aux ministres sectoriels.

En outre, les actions des contrôleurs budgétaires seront encadrées dans de nouveaux textes réglementaires qui feront leur apparition dans la Loi de finances et à l’exécution du budget. Enfin, le département du budget entend mettre en place au niveau de la primature un conseil de discipline budgétaire pour responsabiliser les différents acteurs concernés.