Gouvernance budgétaire et financière : Le Gabon pris comme référence

Certes, les responsables affirment que le processus de réformes visant à instaurer une gouvernance irréprochable en matière de gouvernance des finances publiques est loin de s’achever. Néanmoins, les résultats obtenus jusqu’ici ont déjà permis au Gabon de servir d’exemple pour des pays de la sous-région.

Ainsi, les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) se penchent depuis des semaines sur la manière dont Libreville a réussi à mobiliser 200 millions de dollars sur le marché financier international. C’est le cas particulièrement du Cameroun qui projette de capter plus de 100 millions de dollars pour financer ses projets prioritaires.

D’autres, à l’instar du Congo Brazzaville, s’inspirent du processus de négociations avec le Fonds Monétaire International pour parvenir dans les meilleurs délais à bénéficier d’un appui budgétaire salutaire dans un contexte économique difficile.

Par ailleurs, la République Démocratique du Congo a dépêché au Gabon une délégation conduite par le secrétaire général du ministère du Budget, Raymond Ndudi Pfuti, pour s’imprégner des réformes structurelles menées afin d’améliorer le mécanisme de traitement des agents publics et fonctionnaires gabonais. Elle s’est également enquise du niveau d’implémentation de la Budgétisation par objectifs de programme (BOP).

Une preuve supplémentaire que les changements apportés par notre pays pour moderniser l’administration publique peuvent servir d’exemple pour d’autres nations. Car force est de constater qu’un pays n’ira dépêcher une mission de ce genre chez nous sauf s’il est persuadé qu’il y trouvera des solutions concrètes répondant à ses attentes.

Rappelons qu’une équipe en provenance de ce même pays a aussi séjourné au Gabon suite à la réception par ce dernier au Maroc du prix « INNOVATION ET AMELIORATION DE LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC ». Une reconnaissance qui a suscité l’attention des autorités congolaises.

Budget orienté vers les résultats

Kinshasa a lancé plusieurs chantiers dans le cadre de sa politique de réforme de l’administration publique, notamment la transformation du système de paiement et la mise en application de l’approche de budgétisation par programme ou BOP qui a établi une nouvelle nomenclature budgétaire qui classe les dépenses suivant les grands domaines d’action, les grandes politiques de l’Etat avec une arborescence distinguant trois niveaux : la Mission, le Programme et les Actions.

Un concept innovant qui a encore été développé dernièrement par le Ministre d’Etat gabonais en charge du Budget et des Finances Publiques, Jean-Fidèle Otandault, dans son intervention lors du séminaire gouvernemental tenu la semaine dernière.

Sa mise en place s’est faite au Gabon à travers la promulgation d’une Loi organique qui détermine les nouvelles règles relatives à la nature, au contenu, à la procédure d’élaboration, de présentation et d’adoption des Lois de finances ainsi qu’à l’exécution et au contrôle du budget de l’Etat.

Et la délégation congolaise voulait notamment en savoir davantage sur ce système qui permet un budget orienté vers les résultats, la performance dans la mise en œuvre des politiques publiques. Désormais, l’administration de ce pays souhaite qu’à chaque programme, seront associés des objectifs, des engagements de résultats. Des indicateurs de suivi et d’évaluation qui permettront de piloter leur mise en œuvre et d’évaluer le niveau de performance atteint.