COOPÉRATION FINANCIERE

Yves Picard de l’AFD reçu par Jean-Fidèle Otandault

Une rencontre de courtoisie et de travail a eu lieu ce mardi matin entre le Ministre d’Etat, ministre du Budget et des Comptes Publics, Jean-Fidèle Otandault, avec les représentants de l’Agence Française de Développement, conduit par Yves Picard, Directeur de  l’Agence Régionale AFD du Gabon et de São Tomé-et-Principe. Au menu des échanges : les dossiers en cours et les projets à financer par cette institution qui est l’un des partenaires historiques au développement de la République Gabonaise.

L’AFD figure en effet en haut de la liste des organismes étatiques de crédit et d’accompagnement qui coopèrent étroitement et de longue date avec le Gabon. L’année dernière, une importante convention de financement relative à la réhabilitation du chemin de fer Transgabonais a été signée pour un montant de 61 milliards de FCFA (93 millions d’euros).

Récemment, une mission qui a vu la participation de hauts cadres du ministère français en charge des finances était à Libreville afin de discuter notamment d’un éventuel programme d’appui budgétaire au profit du Gabon sur une durée de trois ans. Le montant devrait avoisiner les 225 millions d’euros. Dans ce cadre, en plus des audiences avec les responsables de niveau gouvernemental, des entretiens ont également eu lieu avec des dirigeants d’entreprise ainsi qu’avec des acteurs de premier plan du secteur bancaire.

De source bien informée, l’AFD compte opérer un premier décaissement avant la fin de cette année. A travers ce projet, la France manifeste clairement sa volonté de contribuer financièrement à la mise en œuvre du Plan de Relance de l’Economie aussi bien dans le cadre de la stratégie d’apurement des dettes de l’Etat que sur d’autres volets comme l’extension du tissu productif gabonais et l’amélioration du climat des affaires.

Mais l’Agence a aussi significativement renforcé sa présence dans le domaine des programmes à vocation sociale.  Une option symbolisée par l’accord conclu en 2016 avec les autorités gabonaises d’un montant de 154 millions d’euros, soit environ 100 milliards francs CFA. Il vise la construction de collèges et d’établissements primaires, répartis entre Libreville et Port-Gentil, et à appuyer la politique éducative nationale.

Une partie du financement est prévue pour agrandir des établissements existants et pour appuyer les politiques éducatives du Gabon, notamment en matière de gestion des personnels enseignants (planification des Ressources humaines (RH), formation,..), de lutte contre les violences en milieu scolaire, etc.