HAUTS EMPLOIS DE L’ETAT

Plus de responsabilités pour les jeunes

 

De nombreux jeunes occupent désormais des postes de responsabilité dans la haute sphère de l’administration gabonaise. Des nominations lors du dernier conseil des ministres laissent transparaître la détermination du président Ali Bongo Ondimba à accorder une davantage de confiance et de responsabilités à la jeunesse du pays.

L’initiative cadre avec la traduction dans les actions du principe de l’égalité des chances et la volonté de revitaliser le dispositif pour la promotion de l’émergence et du développement socioéconomique du Gabon, qui se trouve désormais à un tournant de son histoire. Elle vise aussi à valoriser les acquis et les résolutions du récent Dialogue national, dans un souci d’ouverture.

Parmi les nouveaux responsables nommés durant le Conseil des ministres, on peut citer, à titre d’exemple, celle d’Olivier Nang Ekome, désormais à la tête de l’Agence nationale de l’Urbanisme, des Travaux topographiques et du cadastre (ANUTTC). On remarque aussi d’autres nominations : Hermann Ndjoundjou, Directeur général  de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), Karine Arissani, Directeur général de l’Agence gabonaise du Tourismes (Agatour), Pépécy Makiwana, Directeur général adjoint du Budget et des Finances, ou encore, Hermann Kamonono, Directeur général du Fonds national d’aide sociale (FNAS).

La vague de nominations a été très vite qualifiée par les médias de Tsun’Ali II pour traduire le désir d’un nouveau pari de remettre certaines choses pratiquement à plat. La décision répond toutefois à l’attente d’une frange non négligeable de la population et de la classe politique gabonaise qui souhaitent du sang neuf au niveau de l’administration et, plus particulièrement, en ce qui concerne les postes de responsabilité.

Des nouvelles têtes, qui ont souvent déjà fait leur preuve dans d’autres domaines, prennent ainsi les rênes d’un certain nombre de services et d’agences gouvernementales appelés à mettre en œuvre, d’une façon ou d’une autre, les réformes promises par l’Exécutif et, plus particulièrement, le Plan de relance de l’Economie du Gabon (PRE) déjà mis sur les rails.

Sans prise en compte des convictions politiques des uns et des autres, les nouveaux responsables seront jugés à l’œuvre et aux résultats, selon les proches collaborateurs du Président. Cette nouvelle classe de cadres pourra désormais jouer un rôle crucial, à différents niveaux, pour la mise en œuvre des réformes promises par le président de la République.