RETOUR A LA NORMALE DANS LES RÉGIES FINANCERES :

A chacun de tenir ses engagements

Conformément aux engagements pris par le ministère en charge du Budget et des Comptes Publics, les agents des régies financières peuvent percevoir depuis vendredi l’avance leur PSIP ou Prime spécifique d’incitation à la performance, ainsi que le bonus auquel une enveloppe de 8 milliards FCFA a été consacrée. Même les médias les plus critiques vis-à-vis du gouvernement ont tenu à relayer l’information tout en soulignant que l’Etat a tenu ses promesses.

Il s’agit maintenant de rendre effectif la reprise du travail ce lundi 2 octobre 2017. Les dirigeants des 14 syndicats signataires du protocole d’entente et de trêve sociale ont la responsabilité de sensibiliser les agents des régies financières dont quelques-uns pourraient être toujours tentés de suivre une voie contraire à la parole donnée.

A savoir qu’une frange syndicale très minoritaire, conduite par l’obscure activiste politique dénommé Wilfried Mvou-Ossialas, cherche toujours à saper les efforts de dialogue qui ont abouti à l’accord de jeudi. Ce dernier qui soutient sans rire que l’Etat ne respectera pas son engagement alors que nombreux de ses collègues sont déjà en train de percevoir leur prime devant les guichets. Il est même allé jusqu’à menacer les agents qui « oseraient payer les retraités ».

Une attitude vite qualifiée d’irresponsable, de honteuse et de douteuse par les autres leaders syndicaux qui estiment qu’une étape décisive a été franchie et que l’heure est au retour à la normale. Une position largement partagée au sein de l’opinion publique en général et des usagers en particulier qui ont grandement souffert des impacts négatifs de la grève.

Du côté du ministère du Budget et des Comptes Publics, on s’efforce de s’améliorer significativement sur le plan organisationnel. Le patron de ce département, Jean-Fidèle Otandault, qui a laissé entendre que sa porte reste toujours ouverte et que le protocole signé devrait aboutir « dans nos administrations au retour de la sérénité, à la reprise effective du travail et au calme ». Alors, que chacun tienne ses engagements pour le bien du Gabon.