FAVORISER LES INVESTISSEMENTS ET CONTENIR LA MASSE SALARIALE

Deniers publics

 La bataille pour la maîtrise de la masse salariale a commencé depuis longtemps au sein de la Fonction publique gabonaise. Mais le gouvernement actuel vient d’enclencher la vitesse supérieure en la matière. Le ministre de la Fonction publique, de la modernisation du service public, chargé de la réforme de l’État, Jean-Marie Ogandaga, a tenu à mettre le point sur le i. Il est question selon ses propos de contenir la masse salariale au Gabon et de favoriser plutôt les investissements. Il est hors de question de continuer à envisager une hausse de la masse salariale actuelle, évaluée à 710 milliards de francs CFA pour la rémunération de 80 000 fonctionnaires. La hausse progressive de la masse salariale au cours des dernières années doit être endiguée. Et les raisons de la hausse doivent être identifiées, puis maîtrisées. Il faut limiter les occasions provoquant l’accroissement de la masse salariale a spécifié le ministre de la Fonction publique, avant de continuer : Nous devons tout faire pour contenir la masse salariale dans des proportions permettant à l’État de fonctionner de façon efficiente . La gestion de l’effectif et l’optimisation des ressources humaines déjà existantes sont également essentielles. Nous devons également mettre en place un outil correctif faisant qu’il y ait une communication entre les différentes structures gérant les ressources humaines de l’État. De telle sorte qu’en cas de ressources financières excessives dans un département, avant de procéder à de nouveaux recrutements, il faudrait simplement redéployer les effectifs pléthoriques identifiés dans d’autres départements a spécifié à cet effet le ministre. Quoi qu’il en soit, la situation n’est pas la même pour tous les secteurs. Le gel des recrutements concerne moins de 26% des effectifs de la Fonction publique. Les secteurs de la santé, l’éducation, la défense et la sécurité, constituant 74% des effectifs des agents permanents de l’État, ne sont pas concernés… a précisé Jean-Marie Ogandaga Les mesures préconisées actuellement au niveau du département de la Fonction publique devraient permettre en tous cas de maîtriser de manière efficace la masse salariale et de réaliser des économies au profit de nouveaux investissements.