HUILE DE PALME EN AFRIQUE

Le pari de la durabilité

Le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet, a pris la parole à l’occasion de la session d’ouverture de l’Atelier régional consacré à l’Initiative pour l’huile de palme en Afrique portée par l’Alliance des forêts tropicales 2020 en collaboration avec le gouvernement gabonais.

Selon l’agence AGP, le chef du gouvernement s’est félicité devant l’ensemble des délégués venus des régions tropicales d’Afrique, le chef du gouvernement s’est réjoui  de la décision de confier au Gabon l’accueil de ces assises, signe d’une reconnaissance internationale de l’engagement et du leadership du pays en matière de préservation de l’environnement. « Cet événement est pour le Gabon une opportunité de capitaliser la dynamique régionale ainsi créée », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage, chargé du programme Graine, Yves Fernand Manfoumbi, a rappelé pour sa part que le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, entendait faire du Gabon « un nouveau modèle de développement intégrant le bien-être humain, l’équité sociale et la conservation environnementale, pour une croissance durable ».

Cette réunion régionale intervient un an après la signature historique de la déclaration de Marrakech à la COP-22, qui avait vu sept gouvernements africains s’engager à développer sur leurs sols un secteur de l’huile de palme durable et intelligent. L’objectif ultime poursuivi est de parvenir à un consensus durable sur le critère de zéro déforestation.

Et selon les observateurs, le fait que le Gabon soit le pays hôte de la rencontre va pousser le pays à assurer un leadership sous-régional dans le domaine. D’autant plus que le secteur gabonais de l’huile de palme devra connaître une expansion remarquable dans les prochaines années et que, parallèlement, le président Ali Bongo Ondimba joue un rôle de premier plan en matière de lutte pour une Afrique plus écologique.