MISSION DU FMI

Voir les perspectives économiques et budgétaires

Une mission du Fonds monétaire international est à Libreville pour aider les autorités
gabonaises à évaluer la situation économique du pays. Depuis deux ans, le Gabon fait face à
une crise économique comme bien d’autres pays pétroliers. Il est temps de savoir si les
mesures prises par le gouvernement ont permis de renverser la tendance ou si elles ont
seulement permis de contenir le choc.

Selon le FMI, la mission dépêchée au Gabon en cette fin d’octobre 2017 vise à «revoir la mise
en œuvre du programme économique du Gabon et les perspectives de croissance; analyser les
perspectives budgétaires; voir la situation de la balance des paiements et les perspectives de
l’économie du Gabon à moyen terme».

Le 20 juin 2017, le FMI a accordé un crédit de 617 milliards de FCFA au Gabon. A ce jour, 31%
de cet appui ont été reçus, soit environ 200 milliards de FCFA. Il reste donc plus de 400 milliards
de FCFA à percevoir. Il s’agit d’un prêt échelonné sur trois ans, qui représente plus de deux fois
le montant des quotes-parts du Gabon auprès de l’institution.

Soutenir le Gabon pour surmonter la crise du pétrole

Rendant visite au Ministre d’Etat, ministre du Budget et des Comptes Publics, Jean-Fidèle
Otandault, le Chef de division adjoint du département Afrique du FMI a promis qu’il appuiera le
dossier du Gabon pour permettre un décaissement dès novembre prochain et le reste en
décembre. «Le FMI soutiendra les efforts consentis par l’Etat gabonais, dans le but de lui
permettre de surmonter cette crise difficile due à la baisse du baril de pétrole », a déclaré Alex
Segura-Ubiergo.

«Vous êtes un bon partenaire pour le pays, et je tiens, au nom du gouvernement, à vous en
remercier», a déclaré pour sa part le Ministre d’Etat. Il a souligné la nécessité pour le pays de
percevoir le reste des fonds promis afin de permettra de régler les dettes intérieures et
extérieures, et de relancer l’économie. «Je peux assurer qu’à ce jour, le FMI est satisfait de la
mise en œuvre du programme économique», a quant à lui déclaré Alex Segura-Ubiergo.

Les deux personnalités ont aussi échangé sur la mise en œuvre du Plan de relance de
l’économie (PRE), la qualité de la gestion des finances publiques, le récent paiement des primes
aux régies financières, ainsi que sur les perspectives de croissance du Gabon. Le ministre d’Etat
chargé du Budget et des Comptes publics a récemment soutenu que la croissance du PIB
devrait connaître un premier rebond en 2018.