SÉCURITÉ ROUTIÈRE
Le gouvernement s’en préoccupe

Comment prévenir et réduire les risques d’accidents de la circulation dans notre pays ? Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Emmanuel Issoze Ngondet a présidé mardi dernier un conseil interministériel sectoriel relatif à cette problématique. Objectif: mener une réflexion collective sur une stratégie gouvernementale, en vue de réduire les risques d’accidents de la route.

Il s’agissait, pour les ministres des Travaux Publics, de la Communication, de la Santé, de la Défense Nationale, du Commerce, de l’Intérieur, des Transports, et de l’Economie, de décliner une stratégie claire, efficace et commune à tous.

Plusieurs points ont ainsi été abordés: la régulation des activités de transport, la mise en place des aires de stationnement et de repos le long de la nationale 1, la définition des programmes de sensibilisation, l’établissement d’un nécessaire dialogue avec les transporteurs et, enfin, la question d’approvisionnement en carburant.

La réunion intervient à la suite du nouveau drame enregistré à Kango en septembre dernier et bien d’autres relatifs à la non observation des règles de sécurité. Il s’agit donc pour le gouvernement, de faire des propositions concrètes qui seront présentées au Président de la République, au cours d’un Conseil des Ministres, pour adoption.

La sécurité routière est en effet devenue un vrai sujet de préoccupation pour les autorités. Le Gabon se classe actuellement parmi les pays de la région les plus touchés par les graves accidents sur les routes. Et si aucun indice dans les statistiques ne permet pas vraiment d’identifier les causes des catastrophes routières, il n’en demeure pas moins que les cas d’accident, particulièrement à Libreville, sont souvent liés à la consommation d’alcool. Une campagne de sensibilisation sur ce thème a ainsi été lancée au mois d’août dernier.