PROTECTION SOCIALE
Des progrès à consolider

Le Gabon est parvenu à étendre la protection sociale au-delà des travailleurs du secteur formel, qui ne constituent qu’une partie minoritaire des actifs et de la population. Le pays a étendu le droit d’accès à des soins de santé, aux populations rurales qui vivent d’activités d’autosubsistance, aux travailleurs urbains du secteur informel, aux étudiants, aux chômeurs, et à leurs enfants.

Cette réforme d’envergure a fait du Gabon un modèle de pays progressiste en Afrique et dans le monde. La qualité des soins de santé est l’une des principales préoccupations des Gabonaises et des Gabonais. Raison pour laquelle le président Ali Bongo Ondimba a signifié qu’il est essentiel que tout le monde, et pas seulement les privilégiés, ait accès à des prestations sanitaires de qualité.

Sous l’impulsion du chef de l’Etat, notre système évolue en ce sens. Des progrès notables ont été enregistrés notamment pour la facilitation de l’accès des services de santé de base au plus grand nombre.

Près de 600.000 personnes, à revenus modestes, bénéficient désormais d’une couverture maladie qui prend en charge, sans contribution des bénéficiaires, les frais liés aux soins externes, aux hospitalisations, aux produits pharmaceutiques courants et aux évacuations sanitaires.

Autre réalisation de taille: l’augmentation des capacités d’accueil du système sanitaire national, en multipliant par 5 le nombre de lits d’hôpitaux disponibles à Libreville qui concentre la majorité de notre population. Les nouvelles infrastructures sanitaires, les équipements médicaux modernes ont permis d’introduire au Gabon sept nouvelles spécialités médicales. Par ailleurs, 2000 agents publics de santé ont été recrutés lors du dernier mandat, et leur salaire moyen a été revalorisé de 28%.

Pas d’autosatisfaction

« Pour autant, nous ne devons pas relâcher notre attention et nos efforts et nous complaire dans l’autosatisfaction », a déclaré le Président de la République qui estime que « la pérennité de la couverture maladie et son extension à l’ensemble de la population gabonaise seront les indicateurs ultimes de notre réussite ».

Or, la pression financière sur ce dispositif est très lourde, et les mécanismes de mobilisation des ressources nécessaires à son autofinancement ne sont pas encore stabilisés. La fiabilisation du dispositif de financement des fonds de couverture maladie conditionne l’extension de cette assurance sociale à de nouveaux bénéficiaires, dont certains ont déjà été enregistrés.

L’objectif actuel est alors de consolider et d’étendre notre système de protection sociale. Consolider tout d’abord, en renforçant le dispositif de financement des garanties sociales octroyées et en s’assurant que les ressources nécessaires soient mobilisées pour couvrir les besoins de toute la population qui y a droit. Sans oublier la poursuite du programme de renforcement des infrastructures sanitaires et la mise en place du système national d’information sanitaire.