INVESTIR AU GABON
Une opportunité qui se renforce

La concurrence entre les différents pays pour attirer les investissements directs étrangers (IDE) s’intensifie d’année en année.  Au Gabon, les lignes bougent aussi et les efforts déployés actuellement – nouvelle installation de l’ANPI-Gabon, révision du code des investissements ou encore le renforcement de la bonne gouvernance – devraient apporter à court terme des résultats tangibles sur l’économie.

Le Gabon ne cache pas ses ambitions. Malgré un bouleversement de conjoncture qui l’a amené à réajuster le tir notamment sur le plan budgétaire, le pays se fixe toujours comme objectif de devenir la première destination d’investissements de la sous-région.  Plusieurs initiatives vont dans ce sens et les autorités sont confiantes.

Ainsi, l’Agence Nationale de Promotion des Investissements du Gabon va très prochainement évoluer dans un nouvel immeuble spécialement aménagé pour faciliter la démarche des investisseurs. A noter que l’ANPI-Gabon a pour mission première d’accompagner le gouvernement pour doper les investissements et des exportations, multiplier le nombre de création d’entreprises, insuffler une dynamique nouvelle en matière de partenariats publics-privés. Cette structure de premier plan dirigée par Mme Nina Alida Abouna est organisée en un centre d’accueil et d’orientation des investisseurs.

Selon le ministre en charge des Investissements privés, Mme Madeleine Berre, ce guichet unique qui devrait être entièrement opérationnelle avant la fin de l’année sera l’un des principaux outils pour améliorer sensiblement le classement « Doing Business » du Gabon. On sait par ailleurs que le gouvernement travaille actuellement sur la révision du code des investissements.

Il faut remarquer en outre que la volonté affichée des bailleurs de fonds d’accompagner activement le développement du pays et la détermination des autorités, sous l’impulsion du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, à renforcer la bonne gouvernance constituent des atouts essentiels pour rassurer les investisseurs. Sans oublier les efforts déployés pour placer l’économie au cœur de la diplomatie gabonaise.