INVESTISSEMENTS PUBLICS
Le PLF 2018 prévoit une enveloppe de 455 milliards

Le Projet de Loi de Finances ou PLF 2018, présenté hier à l’Assemblée Nationale et qui devrait être adopté dans les prochains jours, a permis d’en savoir davantage sur la politique de l’Exécutif en matière d’investissement public. 

Il est ainsi indiqué dans le document que les dépenses d’investissement,y compris les comptes d’affectation spéciale et les attributions de produits,enregistreraient une hausse de 11,6 milliards de FCFApour se situer à455,4 milliards de FCFA dans le Projet de loi de finances 2018.

Ces dépenses prennent en compte 285,1 milliards de FCFA au titre des projets bénéficiant de financements extérieurs (FINEX), 48,6 milliards de FCFA pour les contreparties adossées à ces FINEX et le reste pour les projets financés sur ressources propres.

L’enveloppe du budget d’investissement est principalement destinée au renforcement de la politique de développement des infrastructures de transports, à la production et à l’approvisionnement en eau et en électricité ainsi qu’à la réduction de la fracture numérique. Les projets y relatifs consomment en effet près de 263,8 milliards de FCFA.

Selon un opérateur économique approché par notre rédaction, le choix du gouvernement en matière d’investissement reflète clairement la stratégie adoptée qui est de privilégier les actions qui profitent directement à la population et à la relance de l’économie.

Et le même chef d’entreprise de saluer l’option gouvernementale de « soutenir franchement » la politique de démocratisation numérique du Gabon qui, à ses yeux, constituera le pilier de l’économie du pays dans les années à venir.  Notons à ce sujet que le PLF 2018 prévoit d’allouer au compte d’affectation dédié au « Service Universel des Communications électroniques » près de 15 milliards de FCFA.

Six directions ont reçu la visite du nouveau patron de la Direction Générale de la Dette (DGD. Il s’agit des directions de la stratégie, de la négociation, des opérations, pour ce qui est de la gestion technique, et des directions de l’audit, du personnel et de l’informatique, pour ce qui est de la gestion d’appui.

Cette visite du patron de la DGD a eu pour objectif de prendre contact avec l’ensemble de ses collaborateurs, dans la mesure où cette direction est un maillon essentiel dans le système des finances publiques, particulièrement en termes de financement des programmes de développement.