REVISION DE LA CONSTITUTION
Le porte-parole de la présidence éclaire l’opinion publique

Durant la conférence de presse donnée le jeudi 9 novembre par le porte-parole de la Présidence de la République Ike Ngouoni Aila Oyouomi, celui-ci a tenu à démentir formellement les accusations et les informations non fondées véhiculées au cours des derniers temps par des membres de l’opposition.

Ike Ngouoni Aila Oyouomi n’a pas hésité à parler de mauvaise foi et d’irresponsabilité. Les opposants qui refusent actuellement la mise en œuvre des résolutions du Dialogue politique d’Angondjé sont en effet en train d’exagérer sur le sujet. « Tous ces contempteurs qui évoquent ces formules de monarchisation, de présidentialisation, ne citent aucun article du projet de révision », a tenu à spécifier le porte-parole de la présidence.

« Ce n’est  pas du tout la volonté de ce texte qu’il ne faut pas travestir, encore moins anticipé sur ce qui va être soumis aux débats et aux amendements des parlementaires », a continué Ike Ngouoni Aila Oyouomi.

La révision constitutionnelle en cours vise, en effet, à intégrer des propositions avancées lors du Dialogue politique national au Gabon. Un dialogue politique rendu nécessaire afin d’aplanir le contentieux électoral de 2016.

Actuellement, ce sont surtout ceux qui ont refusé de débattre et de négocier durant les discussions d’Angondjé qui montent au créneau pour essayer de saper la démarche. C’est ce qui est dénoncé par le porte-parole de la présidence de la République gabonaise, qui est toutefois resté confiant dans la mise en œuvre du processus.

Il faut rappeler que les discussions se poursuivent actuellement au niveau du parlement concernant cette révision constitutionnelle. Les récriminations de certains membres de l’opposition constituent un simple « procès d’intention » aux yeux du porte-parole de la présidence.