CANCERS FÉMININS
Une lutte mieux coordonnée

Les entités impliquées dans la lutte contre le cancer au Gabon ont joué la prolongation pour cette année, lors de la campagne «octobre rose ». La campagne a été clôturée sur une note d’optimisme par l’épouse du président gabonais à la fin de la semaine passée.

 

Au Gabon, 30% des cas de cancers concernent le cancer du sein et celui du col de l’utérus. C’est la raison d’une mobilisation particulière chez la gent féminine pour lutter contre cette maladie. Et c’est également la raison de la mobilisation quasi permanente de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la prise en charge des femmes atteintes du cancer et surtout pour la prévention de la maladie.

La campagne « octobre rose » focalisée sur la lutte contre le cancer a été clôturée en présence de la première Dame à la Maison d’Alice, le soir du vendredi 17 novembre. « Je suis fière de constater que vous avez été nombreux à répondre présent au rendez-vous » a affirmé Sylvia Bongo Ondimba lors de la clôture de la campagne.

Dans son programme dénommé « Agir contre le cancer », la fondation Sylvia Bongo Ondimba met l’accent depuis un certain temps sur l’approche « détecter-traiter-accompagner ». « Si le dépistage systématique est effectué dès l’âge de 25 ans pour les femmes, le taux de mortalité lié au cancer du sein et au cancer du col de l’utérus pourrait être réduit de 25% d’ici quelques années », a expliqué un médecin.

C’est la raison de la mobilisation constatée au cours des dernières années. On constate aussi une meilleure coordination pour faire face au fléau. Il faut noter, en plus, que le cancer touche maintenant toutes les catégories sociales de la population mondiale et devient de plus en plus fréquent dans certaines régions autrefois moins concernées comme l’Afrique, l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud et l’Asie. Durant les dernières années, 70% des décès dus au cancer étaient survenus dans ces quatre parties du globe.