FORMATION DES JOURNALISTES
Rendez-vous en Egypte

L’Union des journalistes africains (UJA), en partenariat avec le ministère de l’Information de la République Arabe d’Egypte, organise jusqu’au 30 novembre des sessions de formations des journalistes issus de plusieurs pays d’Afrique, dont le Gabon.

 

Cette formation, actuellement à sa 50ème session, regroupe selon l’Agence Gabonaise de presse 25 pays du continent dont le Gabon, la République Démocratique du Congo (RDC), la République Centrafricaine (RCA), le Niger, le Nigeria, le Burundi, la Zambie, le Libéria, la Namibie, etc.

Pour le secrétaire de l’UJA, Dr. Samia Abbas, cette formation qui est une forme de coopération africaine, témoigne de l’intérêt que porte l’Égypte aux journalistes en général et singulièrement aux journalistes Africains. Il s’agit pour elle, de rassembler les journalistes africains afin d’échanger et de partager leurs expériences au regard des innovations dans ce domaine. Ce travers des exposés sur des thématiques variées qui constituent aujourd’hui, des préoccupations fondamentales pour le continent africain en pleine mutation.

La formation s’articule en deux parties. Une première dite théorique au cours de laquelle il y aura une série de conférences qui seront animées par des experts et dite pratique qui consistera à visiter quelques organes de presse égyptiens, la Cite de Production Médiatique, le  » Smart Village », mais aussi les pyramides égyptiennes, le Complexe des religions (Vieux Caire), le Nilesat, la ville d’Alexandrie et la ville d’Hurghada au bord de la mer rouge.

Les différentes conférences et tables rondes, qui constitueront la trame des échanges, porteront, pour cette 50ème session, sur des sujets pertinents, notamment « L’Enseignement en Afrique, « 2018 : année de la lutte contre la corruption en Afrique,  » La culture : ressource économique pour l’Afrique », ‘’La rotation du pouvoir et son impact sur le développement humain,  » les sources de l’énergie renouvelable en Afrique,  » la presse jaune : dommages pour la profession et la société’’, « les nouvelles méthodes pour le financement des projets d’infrastructures en Afrique, ‘’L’Afrique : médecine pour un rassemblement’’, et  » l’exploitation économique des ressources africaines.