DIALOGUE NATIONAL
Réunion du bureau de la commission de suivi

Les membres du bureau de la commission ad hoc de suivi et d’évaluation des actes du Dialogue politique  se sont réunis à Libreville le 22 novembre. Ils s’accordent sur l’importance de la mise en œuvre progressive des résolutions prises par les participants à l’issue des assises d’Angondjé.

 

Les craintes doivent être dissipées. C’est ce qu’ont laissé entendre les participants à la réunion du mercredi 22 novembre.  Les membres du bureau de la Commission ad hoc chargé du suivi et de l’évaluation de la mise en œuvre des actes des assises d’Angondjé ne ménagent pas les efforts pour accomplir leur mission.

La réunion du bureau précède la réunion des membres de la Commission qui a été mise en place au mois d’octobre dernier. Une Commission qui, rappelons-le, compte une quarantaine de membres.

Les deux personnalités politiques qui conduisent les travaux de la Commission, Eric Dodo Bounguendza  et Mathieu Mboumba Nziengui affichent une certaine sérénité quant à la suite à donner aux actes d’Angondjé. Si la concrétisation de ces actes a été confiée au gouvernement, en effet, la Commission est là pour s’assurer de la mise en œuvre.

Même si les membres du bureau de la Commission préfèrent souvent la discrétion dans leur mission, ils ont tenu à mettre l’accent sur la continuité du processus. Pour eux, les autres membres de la Commission ainsi que les facilitateurs du Dialogue politique doivent être rassurés. Car tous les participants à la réunion des membres du bureau étaient convaincus que la mise en œuvre des actes des assises d’Angondjé constitue toujours un gage de stabilité et d’apaisement politique pour le Gabon.