INVESTISSEMENTS
Une stratégie nationale en gestation

Une réunion capitale a démarré le 29 novembre afin de se pencher sur la définition d’une stratégie nationale sur les investissements privés et sur la stratégie nationale du partenariat public-privé. 

 

Les principaux Directeurs généraux et les responsables d’entités qui interviennent dans le domaine de la promotion des investissements privés ont été tous conviés à la réunion de coordination qui a été lancée le jeudi 29 novembre.

Cette réunion constitue l’occasion pour ces responsables de se pencher sur l’élaboration d’une stratégie nationale sur les investissements privés et sur la stratégie nationale du partenariat public-privé ainsi que sur l’identification des projets éligibles à la promotion des investissements.

La démarche vise à coordonner les initiatives des différents acteurs concernés selon la ministre Madeleine Berre. « Il s’agit d’améliorer la communication entre tous ces acteurs-là pour qu’ensemble, nous puissions atteindre les objectifs de performances qui nous ont été assignés sur 2018-2019», a-t-elle affirmé, tout en précisant : «Le souci recherché est de coordonner les acteurs, les missions, et fixer une stratégie nationale de promotion de nos investissements. De définir ce qui relève de l’investissement public d’une part et d’autre part, ce qui intègre l’investissement privé».

Les participants à la réunion sont persuadés que les discussions en cours devraient logiquement se traduire en résultats tangibles tels que la création d’emplois, le développement industriel ou encore l’amélioration constante de l’attractivité du Gabon au niveau international.

Présent à la réunion stratégique, Liban Soleman, Coordonnateur général du Bureau de coordination du Plan stratégique Gabon émergent a tenu à mettre l’accent sur la nécessité pour tous de se mobiliser dès à présent. «Dans un contexte économique difficile où l’État a du mal à supporter un certain nombre d’investissement, il est important que tous, nous vendions la destination et l’attractivité du Gabon à l’international, en identifiant les réels secteurs qui sont prometteurs en termes de profitabilité. Ce qui permettrait aux gens d’avoir une lisibilité sur les secteurs prioritaires du plan de relance que sont les mines, l’agriculture, le tourisme, la transformation et le numérique», a-t-il affirmé.