PROJET DE LOI DE FINANCES 2018
Adopté par l’Assemblée Nationale

Après les phasesde débat et d’explication, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité le projet de Loi de finances 2018, le 29 novembre, ainsi que le projet de loi de règlement pour l’année 2016.

 

Les députés ont examiné le Projet de Loi de Finances (PLFR) depuis le début de ce mois de novembre. Les élus ont adopté à l’unanimité le texte, mercredi 29 novembre.

La Loi de Finances 2018 reflète la volonté de réformes et de réduction du train de vie de l’Etat engagées par l’Exécutif gabonais compte tenu du contexte économique actuel, avec un budget équilibré en ressources et en charges se chiffrant à 2.688,8 milliards de FCFA, contre 2.860 milliards de FCFA dans la loi de finances rectificative 2017.

La baisse de 171,2 milliards de FCFA par rapport à l’exercice précédent traduit déjà cette volonté de réduction des dépenses au niveau des différentes structures de l’Etat.

Il faut noter aussi que l’adoption de la loi de finances 2018 coïncide avec la deuxième année de mise en œuvre du Plan de relance de l’économie (PRE) approuvé et appuyé par leFonds monétaire international (FMI). Ce qui présuppose naturellement le retour à une certaine orthodoxie financière, occasionnant souvent des discussions intenses entre les acteurs concernés.

A cet effet, il a été expliqué aux élus de la Chambre basse à maintes reprises que le Projet de Loi de Finances 2018 accorde la priorité en matière de politique budgétaire au renforcement de la viabilité des finances publiques. Avec la poursuite de l’effort de mobilisation des recettes fiscales et douanières et l’assainissement des dépenses publiques.

Il met également l’accent sur la diversification des sources de croissance, le renforcement de la politique de développement des infrastructures, la promotion et le développement du capital humain ainsi que le maintien des efforts dans le domaine de la santé et dans la protection de la couche de la population la plus vulnérable au Gabon. Des arguments qui ont valu l’adoption à l’unanimité du projet de budget.

En outre, l’Assemblée nationale a également adopté le projet de loi de règlement 2016. Rappelons que le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, Jean-Fidèle Otandault a déjà spécifié qu’«arrêtée à 2 626 milliards de FCFA, la loi de Finances 2016, a connu une baisse de 24,6 milliards de FCFA, par rapport au niveau des ressources et des charges prévues dans la loi de finances 2015». Une baisse qui « trouve son explication au recours fait par le gouvernement, des ressources de trésorerie et de financement conjugué aux efforts de réduction du train de vie de l’Etat, et la réduction de la subvention aux produits pétroliers».

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, a félicité le Ministre d’Etat, Jean-Fidèle Otandault et ses collaborateurs pour le travail qu’ils ont fourni après l’adoption des deux textes. Les projets de loi adoptés seront bientôt examinés au niveau du Sénat.