ECONOMIE NUMÉRIQUE
Le Gabon ne veut pas rater le train

La transformation digitale est en marche au Gabon mais elle n’est pas encore accomplie. L’Etat continue à investir dans les infrastructures et autres projets structurants. Le secteur privé se mobilise pour tirer profit du numérique en tant qu’outils et business.

 

Mettre le numérique au cœur de la stratégie de développement des entreprises, c’est un impératif stratégique et d’innovation pour la croissance des entreprises gabonaises. Le Salon de la transformation digitale, organisé le 01 décembre à la Chambre de Commerce de Libreville, a été l’occasion pour les entreprises d’échanger sur les apports de la technologie numérique dans les différents métiers et l’écosystème des affaires.

Les acteurs économiques du Gabon ont besoin de mise à jour dans leur organisation et leur métier en intégrant de l’innovation sur le plan technologique. Les retours d’expériences d’experts venus d’Europe enrichissent les échanges et permettent de tracer les futurs partenariats d’affaires. Innover et réussir sa transformation digitale, c’est la clé de la compétitivité pour les entreprises dans un contexte de mondialisation. Les TIC sont pourvoyeurs de croissance dans tous les secteurs d’activités. Elles permettent d’améliorer la performance en termes de production et sur le plan commercial, modernisent le business model.

 

Interconnectivité à très haut débit

Le gouvernement ne cesse d’améliorer la couverture par fibre optique dans le pays par le backbone national. Le Gabon est aussi interconnecté par cette liaison à très haut début avec le Congo dans le cadre du projet de Backbone d’Afrique Centrale (CAB), grâce au déploiement de 520 km de fibre optique pour un coût total de 15 milliards FCFA. Selon Yves-Didier Miehakanda, coordonnateur national du projet CAB Congo, « cet investissement sera rentabilisé au bout de deux ou trois ans ».

Après les interconnexions des pays, la construction d’un Data center à Brazzaville sera la prochaine d’étape de cette coopération numérique africaine. L’augmentation de la part de l’économie numérique dans le produit intérieur brut est un défi pour l’économie de la sous-région.

Le Projet CAB a été financé en grande partie par la Banque mondiale. Il permettra de transformer le paysage des télécommunications des pays concernés, avec la possibilité de transmettre les données d’un pays à l’autre sans passer par les câbles sous-marins. A part la connectivité internationale, le taux de pénétration de l’internet haut débit sera considérablement augmenté.