PARC NATIONAL DE LA LOPE : Des gardes supplémentaires

PARC NATIONAL DE LA LOPE
Des gardes supplémentaires

 

Le parc national de La Lopé, situé au centre du Gabon, dispose maintenant de 25 nouveaux écogardes qui viennent de terminer une série de formations pour bien assumer leur fonction.

 

L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) vient de procéder au recrutement et à la formation de 25 écogardes pour le parc national de la Lopé, grâce à l’appui du programme Ecofac 6, financé par l’Union européenne.

Les nouveaux écogardes ont été initiés aux connaissances des outils de navigation comme les cartes, la boussole et le GPS etc. Ils ont été également formés pour acquérir les aptitudes à vivre en forêt et sur la reconnaissance des signes des animaux et des humains.

En outre, «la formation a été également axée sur le choix de sites de camping, l’installation de camps, la mise en œuvre des premiers secours, la communication avec la centrale ou la base, ainsi que l’acquisition des habitudes et la discipline militaire » selon un responsable de l’ANPN.

Le renforcement de la garde est d’une importance  particulière pour le parc de la Lopé. Ce parc national situé au centre du Gabon est en effet un site protégé inscrit depuis 2007 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de « Écosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda ». Le parc est qualifié de mixte car il est remarquable pour sa forêt ainsi que pour ses vestiges liés aux cultures passées dans la région. Plus de 350 espèces d’oiseaux et une cinquantaine de mammifères  ont été répertoriés au parc. On parle d’une richesse biologique particulière également en raison de l’existence de divers cours d’eaux au sein du parc de la Lopé. Autant de raisons pour que la garde soit renforcée de manière régulière.