BUDGET ET COMPTES PUBLICS
L’audace de réformer

 

Face à une conjoncture internationale toujours marquée par un prix du baril du pétrole bas et une situation interne qui incite à davantage de rigueur sur le plan budgétaire, Jean-Fidèle Otandault, Ministre d’Etat, ministre du Budget et des Finances Publiques, insiste sur le fait que le Gabon doit avoir l’audace de poursuivre les réformes.

 

Le membre du gouvernement, qui s’est beaucoup investi ces dernières années pour remettre le pays sur les rails de la bonne gouvernance en matière de finances publiques, base son point de vue sur les résultats du travail d’évaluation de la situation actuelle et d’autocritique de la performance du département dont il a la charge.

A savoir que sous son impulsion, son équipe a procédé, avant même qu’il ne soit nommé au gouvernement, à des études comparatives qui se sont particulièrement intéressées aux démarches structurelles adoptées dans les autres pays, notamment celles des pays en voie de l’émergence de la région.

Une initiative qui a amené le Ministre d’Etat à souligner que le travail réalisé a permis à notre pays de figurer parmi les références régionales en la matière. Avant de réitérer que les finances publiques ont profité d’une réforme majeure qui s’est traduite surtout par le basculement définitif du Gabon vers le système de budgétisation par objectifs de programme (BOP ou budget-programme).

De ce fait, chaque ministre, fort d’une autorité managériale,  est aujourd’hui l’ordonnateur des crédits mis à sa disposition. Il fixe ses propres objectifs et dresse annuellement un Rapport Annuel de Performances (PAP) pour chaque mission relevant de son département qui est soumis à la sanction du Parlement. Sans oublier la mission de contrôle de la Cour des Comptes qui s’est renforcée avec la BOP. Une véritable révolution qui ouvre aujourd’hui la voie à d’autres réformes.

Sur la base du PLF

Et Jean-Fidèle Otandault d’ajouter que la réussite des challenges relevés résulte d’une fructueuse démarche participative, un travail d’équipe qui a vu une implication forte de tous les collaborateurs. Un modèle que tous devraient suivre car force est de constater que certains, par ignorance ou par l’obsession de maintenir le statu quo, n’ont pas encore réellement assimilé l’importance des changements opérés pour notre pays.

Pour les réformes à court ou moyen termes, le Ministre d’Etat invite les leaders d’opinion et les relayeurs d’informations à se référer notamment au projet de loi de finances (PLF) 2018, récemment adopté à l’Assemblée Nationale. A savoir que ce dernier coïncide avec la deuxième année de mise en œuvre du programme de relance  de l’économie (PRE) qui bénéficie du soutien de plusieurs bailleurs de fonds institutionnels. Dans ce cadre, la politique budgétaire s’inscrit dans la continuité et l’approfondissement de l’ensemble des actions initiées dans le collectif budgétaire de 2017.

Dans ce contexte, le PLF 2018 donne la priorité en matière de réformes au renforcement de la viabilité des finances publiques avec la poursuite de l’effort de mobilisation des recettes fiscales et douanières, la maitrise et l’assainissement des dépenses publiques et l’approfondissement des dispositions de la nouvelle gouvernance financière.

Jean-Fidèle Otandault qui rappelle que les changements ne doivent pas être réalisés dans l’unique but de démanteler le ou les existants mais dans un processus clair  devant déboucher sur une organisation plus adéquate, des économies appréciables, une performance plus accrue et récompensée objectivement, ainsi qu’une capacité à mobiliser des ressources supplémentaires.