JEUNESSE DE PORT-GENTIL : Appelée à être mieux soutenue

JEUNESSE DE PORT-GENTIL
Appelée à être mieux soutenue

 

Il n’est peut-être plus besoin de rappeler que Port-Gentil figure parmi les villes les plus touchées par la crise économique à laquelle fait face le Gabon. Une situation qui amène la cité pétrolière à creuser de nouvelles pistes pour renouer avec la croissance et surtout donner à sa jeunesse les moyens de s’épanouir économiquement, socialement et culturellement.

 

Depuis plus de deux ans, les jeunes de la capitale économique du Gabon essaient tant bien que mal de tourner le dos à la crise.  Les initiatives se multiplient à cet effet et on remarque que les mentalités sont en train d’évoluer. On veut être mieux formé et l’envie de se mettre à son propre compte est une attitude qui devient une tendance générale.

Mais ces jeunes se sentent parfois désemparés du fait notamment de leur inaptitude, surtout matérielle, à réaliser leur projet. Certes, les programmes étatiques ou associatifs pour les accompagner existent. Mais ce n’est pas encore suffisant pour répondre aux nombreuses attentes. C’est de ce constat que Jean-Fidèle Otandault, natif de Port-Gentil, membre du bureau politique du PDG et ministre d’Etat en charge du Budget, a décidé d’apporter sa contribution pour un meilleur soutien des jeunes.

Cette figure bien connue notamment du 2ème arrondissement de Port-Gentil a ainsi créé un fonds qui sera exclusivement consacrée aux micro-projets portés par les jeunes de la capitale économique.

Il en a fait l’annonce lors de son passage dans la cité pétrolière au mois d’octobre dernier, à la faveur d’une rencontre avec le Fan club JFO, l’association Renaissance, celle des Jeunes leaders et des membres de l’association des jeunes de son arrondissement d’origine.

Le membre du gouvernement a en outre tenu à préciser que ce fonds offrira aux bénéficiaires la possibilité de démontrer leur sens créatif et d’en vivre : «face à la crise, il n’y a pas de fatalité», a lancé « JFO » qui estime que c’est à force de travail que les jeunes de la localité pourront vaincre la crise et accéder à un meilleur niveau de vie.

Lui-même se considère comme étant un « produit de l’égalité des chances » qui a pu être là où il se trouve aujourd’hui grâce à la volonté de se surpasser par le travail. Et de poursuivre que rien n’est irréalisable si la détermination est au rendez-vous. Il a alors appelé ses petits frères et sœurs de Port-Gentil à s’unir pour construire leur ville de demain.