CLUB AFRIQUE DEVELOPPEMENT En quête de nouvelles opportunités au Gabon | Le Défi Gabon

CLUB AFRIQUE DEVELOPPEMENT
En quête de nouvelles opportunités au Gabon

 

La sixième mission multisectorielle annuelle du Club Afrique développement du groupe Attijariwafa bank est en cours actuellement au Gabon. La mission vise à prospecter de nouvelles opportunités d’investissement.

 

Des hommes d’affaires du continent et des membres des autres clubs Afrique développement sont au Gabon et ont commencé les travaux du forum de la sixième mission du club au pays depuis le 13 décembre à Libreville. C’est une nouvelle occasion pour le Gabon de présenter les possibilités d’investissements au pays.

«Le contexte économique actuel, nous amène à collaborer ensemble pour jouer pleinement notre rôle d’acteurs économiques», a affirmé lors de l’ouverture du forum, le Directeur général de l’Union gabonaise de banque (UGB), Abdelaziz Yaaqoubi, qui appuie cette démarche du Club Afrique développement.

«Ce forum est l’occasion pour moi de vous faire part des potentialités de notre pays et de vous décrire avec précision les actions qui sont entreprises par le gouvernement en vue d’améliorer le climat des affaires», a spécifié pour sa part la Ministre de la Promotion des investissements privés, du commerce et de l’industrie, Madeleine Berre.

La ministre gabonaise espère que le partenariat entre les acteurs économiques et l’Etat continue à évoluer positivement, afin de permettre la diversification et l’essor de l’économie nationale. «La valorisation de notre potentiel naturel, qu’il soit forestier, minier, touristique ou dans les nouvelles technologies, sera plus grande lorsque l’État exercera son rôle de partenaire du secteur privé»,  a-t-elle continué.

Dès la première journée du forum, deux thématiques ont été évoqués : «Investir au Gabon» et «Comment accompagner les entreprises gabonaises ». Ce fut l’occasion de présenter aux participants l’évolution du marché au Gabon, la question de l’immigration et les modes d’implantation des sociétés. L’accent a été mis sur cinq secteurs porteurs, à savoir les mines, l’agriculture, le tourisme, la transformation et le numérique. Des rencontres B to B sont prévus pour faciliter des partenariats à venir.