EMPRUNT OBLIGATAIRE : Des objectifs largement dépassés

EMPRUNT OBLIGATAIRE
Des objectifs largement dépassés

 

Le Gabon a pu récolter un peu plus de 131 milliards de FCFA après avoir lancé sur les marchés régionaux des capitaux un emprunt obligataire visant initialement à collecter 100 milliards de FCFA.

 

L’emprunt obligataire lancé au mois de novembre dernier a permis au Gabon de collecter sur les marchés un peu plus de  131 milliards de FCFA. Les objectifs ont été donc largement dépassés, car il était initialement question de lever 100 milliards de FCFA.

Les résultats témoignent de la confiance des marchés financiers à l’égard du pays. Rémunéré à un taux de 6,5% sur la période de 2017 à 2022, l’emprunt devrait permettre de financer certains projets dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de relance de l’économie (PRE) et de soutenir les banques locales.

« L’émission a permis d’apurer partiellement l’encours des moratoires intérieurs et d’assainir le bilan des banques locales via un mécanisme de compensation, pour un montant de 64, 468 milliards de FCFA et de dégager des ressources, d’un montant de 66,920 milliards de FCFA pour le financement des dépenses du Plan de relance économique (PRE) », a précisé une source auprès du ministère gabonais de l’économie.

Les plus gros contributeurs sont des investisseurs du Gabon, du Cameroun et du Togo. On s’est réjoui des résultats obtenus au sein des entités qui ont mené l’opération, à savoir le groupe marocain Attijariwafa Bank, le groupe Attijari Securities centrale Africa (ASCA) et la Banque Gabonaise et française internationale (BGFI).

Divers secteurs vont bénéficier des financements acquis grâce à cet emprunt obligataire. En ce qui concerne les projets à réaliser dans le cadre du PRE, on parle notamment de la construction de nouvelles salles de classe, de l’acquisition de nouveaux matériels didactiques, de la construction de nouveaux centres de formation professionnelle, de la réhabilitation de la route PK5-PK12, de l’aménagement des voiries de Libreville, du développement de certains projets agricoles et de la finalisation de la construction du palais des sports de Libreville.