SYSTEME D'OCTROI DES BOURSES : Vers une évolution

SYSTEME D’OCTROI DES BOURSES
Vers une évolution

 

C’est la réflexion que mène actuellement, l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG), dont le nouveau Directeur Général Emmanuel Berre a devisé avec le Premier Ministre, Emmanuel Issoze Ngondet.

Un constat « accablant » a été fait sur les modalités d’attribution des allocations d’études dans l’enseignement supérieur, conformément au décret 404 PR/MENESTRSCJS de septembre 2012, qui veut que l’on octroi la bourse à tous les étudiants sans exclusive.

Mais, au regard du diagnostic sans complaisance établi sur le système actuel d’octroi des bourses, ses nombreux dysfonctionnements, ses coûts excessifs qui augmentent chaque année, de nombreuses questions demeurent. Doit- on continuer sur cette lancée ? Au regard du contexte économique actuel, la situation est-elle soutenable financièrement ? Faut-il réintroduire des critères spécifiques et rigoureux dans le processus d’attribution des allocations d’études ? Quelles solutions envisagées pour maintenir le droit à la bourse et comment rendre notre système d’enseignement compétitif et performant ?

Autant de questions qui taraudent l’esprit des responsables de l’ANBG qui sollicitent l’intervention des pouvoirs publics au regard de l’accumulation des arriérés de paiement des différentes conventions. Interpellé sur le sujet, le chef du gouvernement a d’abord salué l’initiative prise par l’Agence nationale des bourses du Gabon.

Le Premier Ministre qui a rappelé la volonté du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, de consolider les efforts d’éducation et de formation de la jeunesse gabonaise, en maintenant indubitablement la paix civile et le principe de l’Egalité des chances accordée à tous et chacun dans le pays. Toutefois, a- t-il ajouté : « le contexte économique amène l’Etat à être regardant sur la dépense publique. »

Le total cumulé enseignement secondaire- enseignement supérieur, montre que depuis 2012, 700 bourses ont payées par l’Etat. Et rien que pour la seule année 2017, 51 milliards ont été décaissés au titre des dépenses de bourses.