LOGEMENTS
Plus de 4300 parcelles à viabiliser à travers le pays

 

Le Centre technique de l’Habitat vient de lancer un appel à manifestations d’intérêts en vue de la conception et de l’aménagement de parcelles de terrains viabilisés dans différentes villes du Gabon. A terme, l’objectif est de pouvoir mettre à la disposition des demandeurs, un peu plus de 4300 parcelles.

 

Les neuf principales villes du Gabon, à part la capitale, sont dorénavant concernées par un vaste projet d’urbanisme et de viabilisation de parcelles. Ce qui permettra  la construction de logements supplémentaires à moyen terme.  

Désormais, à part Libreville, le projet visant à mettre à la disposition des demandeurs des parcelles de terrains viabilisés et le projet de fabrication de matériaux de construction à bas prix concernent aussi Franceville, Tchibanga, Lambaréné, Mouila, Makokou, Lastourville, Koulamoutou, Oyem et Port-Gentil.

Il sera question, au niveau de ces villes du pays, de viabiliser plus de 273 hectares de terrain pour offrir par la suite un peu plus de 4 300 parcelles aux populations intéressées.

Un appel à manifestation d’intérêts vient ainsi d’être lancé par le Centre technique de l’Habitat (CTH). Selon les explications apportées par le ministère en charge de l’Habitat, « les entreprises intéressées auront comme principale tâche de réaliser des études d’urbanisme et d’aménagement des différents lotissements répartis en 8 lots et affectés pour les besoins du CTH dans la ville de Lastourville et l’ensemble des capitales provinciales de l’intérieur du pays».

Il fallait, en effet, étendre les projets de fournitures de logements aux autres villes de l’intérieur du Gabon.  « Ce projet répond à l’objectif n°20 du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), qui entend garantir un logement décent pour tous d’ici à 2025 », a expliqué Josué Mbadiga, le ministre d’Etat en charge de l’Habitat. « C’est un projet qui entre dans le cadre de la mise en œuvre effective des prescriptions gouvernementales dans le Plan de relance de l’économie (PRE) et dans la perspective de contribuer substantiellement à la résorption du déficit en parcelles viabilisées et en logements décents dans notre pays», a continué un membre de son cabinet.