FMI
Renforcer la diversification de l’économie

 

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu après avoir analysé la situation économique de la zone Cemac que la chute des recettes pétrolières continue à peser lourd sur les pays de la région actuellement. Ce qui implique la nécessité pour les pays membres comme la Gabon de renforcer la diversification de l’économie.

 

Les perspectives à court terme des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) sont très limitées, avec une croissance encore négative de -0,5% pour 2017. La baisse de 6% de la production de brut enregistrée durant les dernières années fait partie des raisons principales de cette difficulté alors que pour les autres secteurs la croissance moyenne au niveau de la région a été limitée à 1%.

Le Fonds monétaire international (FMI) a noté également que la baisse des recettes a engendré une baisse des dépenses publiques. A l’issue de la réunion consacrée aux entretiens annuels sur les politiques communes de la Cemac et les politiques communes à l’appui des programmes de réforme des pays membres, le Conseil d’administration du FMI a aussi fait remarquer que « le ratio total dette publique/PIB estimé pour la région a été révisé à la hausse à plus de 50 % du PIB à la fin de 2016, contre 28 % à la fin de 2014 ».

Les réserves extérieures des pays de la zone se sont malgré tout stabilisées et redressées progressivement durant le troisième trimestre 2017, après avoir connu une baisse à partir de 2014, passant de l’équivalent de six mois d’importation à deux mois d’importation vers fin 2016.

La situation qui prévaut contraint ainsi les pays membres de la Cemac à continuer à mettre l’accent sur la diversification de leur économie. Pour le Gabon en particulier, c’est le leitmotiv depuis 2014, avec un accent également sur les réformes nécessaires en matière de gestion des finances publiques. Ce qui implique la maîtrise des dépenses, la réduction du train de vie de l’Etat et la mobilisation d’efforts particuliers pour augmenter les ressources fiscales et douanières comme le spécifie la Loi de finances 2018.