DIALOGUE D’AGONDJE
La commission ad hoc chez le Premier Ministre

 

Renforcer le caractère paritaire et consensuel dans la mise en œuvre des actes du dialogue politique. Tel est l’objectif des membres du bureau de la commission ad hoc paritaire de suivi- évaluation du dialogue politique qui ont été reçus ce matin du 27 décembre 2017, par le Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet.

 

En toile de fond, l’examen des questions relatives au « rôle, à la mission et au fonctionnement » de la commission, ainsi qu’à l’urgence de l’élaboration par le gouvernement des textes de base qui favorisent la mise en œuvre des actes du dialogue d’Angondje.

Des heures durant, le Chef du gouvernement a entendu tour à tour les co–présidents majorité et opposition, Eric Dodo Bouguendza et Moubamba Nziengui sur la feuille de route des commissaires depuis leur nomination le 27 octobre dernier en conseil des ministres.

Globalement, la commission est à pied d’œuvre. Son travail se déroule dans un esprit paritaire et consensuel. En dehors de quelques petits balbutiements lors du lancement des travaux, la commission ad hoc paritaire de suivi- évaluation, affirme sa réelle volonté de suivre, d’évaluer et de veiller au respect des actes dialogue politique. Tout comme, elle attend du gouvernement un accompagnement pratique pour la réussite de son action, dans l’intérêt du peuple gabonais et de tous les acteurs politiques.

Le Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet, co- président des assises de mars dernier s’est pour sa part, réjoui de cette rencontre. Pour lui dans l’esprit du Président de la République Ali Bongo Ondimba, le conclave d’Angondje a été « une excellente opportunité de se parler et de favoriser l’amélioration continue du processus démocratique de notre pays. »

Sur la matérialisation des recommandations faites par l’ensemble des dialogueurs, « le gouvernement y contribuera efficacement » a- t-il ajouté. Parce qu’il s’agit de sortir durablement des contingences conflictuelles pour rétablir la paix et la stabilité au Gabon.