ECOTOURISME
L’ANPN et l’Agatour sur la même longueur d’onde

L’Agence nationale de la protection de la nature (ANPN) et l’Agence gabonaise de développement et de promotion du tourisme et de l’hôtellerie (Agatour) mutualisent leurs efforts pour développer l’écotourisme au Gabon. Une séance de travail entre les représentants des deux entités a eu lieu récemment pour trouver les voies et moyens de développer le secteur.

 

Le Gabon a un potentiel énorme pour développer son écotourisme. La présidente de l’Agence gabonaise de développement et de promotion du tourisme et de l’hôtellerie (Agatour), Karine Arissani, et le Secrétaire exécutif de l’Agence nationale de la protection de la nature (ANPN), Lee White, ont ainsi tenu une séance de travail avec quelques uns de leurs collaborateurs respectifs pour se pencher sur les voies et moyens de développer le secteur au Gabon.

« Cette rencontre m’a permis d’échanger avec l’un des principaux partenaires institutionnels de l’Agatour dans le secteur et, ensemble, nous avons jeté les bases d’un partenariat visant à contribuer significativement au développement de l’écotourisme et à la promotion de la destination Gabon par la mutualisation de nos stratégies et actions », a expliqué Karine Arissani à l’issue de la séance de travail, qu’elle juge fructueuse.

Les deux entités vont donc travailler en synergie pour la promotion du secteur, en reconnaissant parfaitement leur complémentarité.

« L’institution que je dirige est tout à fait disposée à travailler en synergie avec l’Agatour et le ministère du Tourisme, pour la matérialisation de notre volonté, afin de faire du tourisme, l’un des leviers forts de l’économie gabonaise, tel que souhaité par les plus hautes autorités du pays », a spécifié pour sa part le professeur Lee White.

Le Gabon accueille environ 200 000 visiteurs par an, dont 60 000 considérés comme étant des touristes internationaux. Le secteur ne contribue qu’à hauteur de 3% du PIB du pays. Pourtant, avec une superficie couverte de forêt à 80% et 13 parcs nationaux comprenant une richesse reconnue mondialement en termes de faune et de flore, le Gabon peut faire beaucoup mieux.