DISCOURS PRESIDENTIEL : Place au réalisme et au social

DISCOURS PRESIDENTIEL
Place au réalisme et au social

 

L’emploi, l’éducation, la santé, le logement, le pouvoir d’achat, les retraites… sont entre autres défis qui interpellent le Gabon pour cette année 2018. Ce constat dressé par Ecofin a été largement partagé par les médias locaux qui ont scruté le contenu du discours présidentiel du 31 décembre 2017.

 

Le président de la République, lors de la traditionnelle présentation des vœux à la nation, a décliné les principales préoccupations qui guideront son action au cours de cet exercice. S’agissant de l’emploi, le président annonce la création de 10 000 emplois grâce à la mise en application de la mesure d’exonération temporaire de cotisations sociales pour toute création nette d’emploi à compter du 1er janvier 2018.

Le Chef de l’Etat qui a également insisté sur la nécessité de renforcer l’unité du pays : « Je voudrais vous rappeler qu’il n’y a véritablement de destin que collectif. Nous sommes une Nation, une et indivisible. Ce socle, il nous faut le consolider. Or, il faut dire la vérité, durant l’année écoulée, ce qui nous sépare a eu tendance à prendre le pas sur ce qui nous unit ».

Ali Bongo Ondimba a en outre profité de l’occasion pour rappeler les enjeux de la constitution d’un gouvernement en août dernier ainsi que la prise d’une série de mesures d’ordre institutionnel, « dont certaines ont vocation à être intégrées dans notre Constitution. Des mesures destinées à rénover et améliorer le cadre de l’action publique ».

Un discours qualifié par bon nombre d’observateurs comme réaliste surtout quand le numéro un gabonais a souligné de le Gabon a de gros efforts de rattrapage à faire pour s’adapter à la tendance de l’économie mondiale qui se transforme progressivement en une « économie de la connaissance ».

Notons enfin l’annonce présidentielle de la mise en place d’un réseau de cliniques mobiles dans chacune des provinces du Gabon afin de permettre une meilleure couverture sanitaire à l’échelle du pays et l’accès aux soins de base pour les plus démunis. Ce réseau sera constitué d’une flotte de bus médicalisés, de type 4X4, disposant de l’équipement nécessaire pour réaliser des soins d’urgence et de base : espace de consultation, table d’examen gynécologique, mini-laboratoire ou encore matériel ophtalmologique.

A cela s’ajoute un programme de gratuité des frais d’accouchement sur toute l’étendue du territoire national à compter du premier trimestre 2018. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la décennie de la femme et vise non seulement à réduire le taux de mortalité infantile mais aussi à soulager les familles face aux dépenses, souvent lourdes, liées à la naissance d’un bébé.