REFORME DE L’ETAT
Le président persiste et signe

 

La réforme de l’Etat est un dossier auquel le président Ali Bongo Ondimba tient particulièrement à cœur. « Vous l’avez constaté, notre Etat se modernise à marche forcée », a-t-il noté dans son discours de fin d’année avant de souligner : « Nous y sommes obligés du fait de la situation économique. Mais j’y vois surtout une opportunité : celle de bâtir un Etat moderne, agile, stratège, plus efficace dans l’accomplissement de ses missions au service de l’intérêt général, au service des Gabonaises et des Gabonais ».

 

Le chef de l’Etat a tenu à rappeler que nos compatriotes ne sont pas satisfaits de leur administration, dont ils voudraient voir l’efficacité s’améliorer. Et de spécifier qu’il nous faut ensemble repenser et revaloriser le rôle du fonctionnaire, dans l’optique d’une plus grande proximité de l’administration avec les préoccupations des usagers.

C’est la raison pour laquelle, en 2017, il a procédé à de nouvelles nominations à la tête des administrations. Avec des profils différents : plus de jeunes, plus de femmes, plus de personnes issues de la société civile. L’objectif étant d’être toujours plus efficace. Pour cela, l’organisation, mais également l’état d’esprit au sein de l’administration doit être sensiblement renouvelée.

Le président a aussi souligné l’importance d’une gouvernance décentralisée. « Notre pays compte neuf provinces et tous les départements. Tous sont particuliers, singuliers. Cette diversité est une richesse qu’il nous faut valoriser. Une mesure efficace dans telle localité, ne l’est pas forcément dans telle autre, et inversement. Un Etat moderne, c’est aussi un Etat décentralisé. Pourquoi ? Parce que c’est au plus près du terrain, auprès de ceux qui connaissent les réalités locales que se prennent les décisions les plus pertinentes ».

Ali Bongo Ondima a ainsi décidé en 2018, la création d’un Fonds d’Initiative Départementale (FID) dans chacun des départements du pays afin de financer les projets de développement à la base et offrir à chaque département plus d’autonomie. Ces fonds seront dédiés au financement de projets communautaires dans chaque département, dans l’optique d’améliorer la qualité de vie des populations et de dynamiser le développement économique local.

Le président de la République veut un Etat réformé, modernisé et décentralisé. Et il s’attend à des résultats rapides. « Entendez bien ce message : l’heure est aux réalisations. C’est donc une nouvelle étape, une nouvelle ère, dirais-je même, de la gouvernance publique que je compte bien mettre en œuvre dès 2018 ».