EDUCATION NATIONALE : Une priorité pour l’année 2018

EDUCATION NATIONALE
Une priorité pour l’année 2018

 

La nouvelle année sera marquée par la mobilisation de nouveaux investissements dans le secteur de l’éducation, afin d’améliorer les conditions d’apprentissage au niveau des écoles publiques du pays.

 

D’importants travaux de rénovation d’écoles publiques sont programmés cette année au Gabon. Le président de la République Ali Bongo Ondimba a tenu à réitérer à l’occasion de son discours de vœux l’importance de ces investissements pour assurer un avenir meilleur aux jeunes Gabonais.

Sur l’ensemble du territoire, quelque 789 établissements, dont 92 écoles de Libreville, et 697 écoles au niveau des neuf provinces du pays, seront entièrement rénovées. Pour le président, c’est «un vaste plan de rénovation des écoles primaires sur l’ensemble du territoire» qui sera mis en œuvre.

Selon toujours Ali Bongo Ondimba, en effet,  «l’objectif est d’améliorer les conditions d’éducation des élèves sur l’ensemble du territoire, mais aussi d’offrir une activité économique aux entreprises locales à qui les travaux devront être réservés» étant donné que «l’éducation est une priorité fondamentale».

Ainsi, les travaux qui seront entamés concernent «les aspects aussi bien esthétiques que pratiques et sécuritaires : réseaux électriques, plomberie, toitures, menuiserie, peinture etc.»

Outre le recrutement de nouveaux enseignants et la construction de nouvelles salles de classe avec le concours des partenaires techniques et financiers du pays, la rénovation des écoles déjà existantes est ainsi également à l’ordre du jour. Concernant la construction de nouvelles salles de classe, d’importants projets financés par l’Agence française de développement (AFD) dans le cadre du Programme d’investissement dans le secteur de l’éducation (Pise) sont en cours.

A travers ces vastes projets, l’Exécutif gabonais entend transformer de manière plus efficiente le secteur éducatif dans le pays. Durant les dernières années, le secteur a pu bénéficier d’un budget autour de 170 milliards de FCFA par an. La mobilisation sera renforcée cette année.