IGAD
Un bilan satisfaisant malgré de nombreuses difficultés

 

L’Institut gabonais d’appui au développement (IGAD)a affiché des résultats satisfaisants pour l’année écoulée, grâce notamment à la performance du projet de développement et d’investissement agricole.

 

Les responsables parlent de 12 500 tonnes de produits cultivés et d’un chiffre d’affaires de 4 milliards de FCFA. Le bilan de l’Institut gabonais d’appui au développement (Igad) est ainsi jugé satisfaisant. Et ce, grâce essentiellement à la performance du Projet de développement et d’investissement agricole au Gabon (Prodiag).

Il faut, en effet, rappeler que l’Institut gabonais d’appui au développement est le maitre d’œuvre du Prodiag. Le projet a pu disposer à la fin de l’exercice 2017 de plus de 800 exploitations vivrières, 140 exploitations maraîchères, 40 ateliers de transformation de manioc et 39 exploitations d’élevage de poules pondeuses et de porcs.

«Nous sommes à la fin du programme et nous dirons que ces résultats sont assez satisfaisants», a affirmé Sébastien Koumba, Directeur général de l’Igad. Malgré tout, l’Institut a connu de nombreuses épreuves. «Nous n’avons pas eu la possibilité de prendre en charge les salaires des agents. Et, aujourd’hui, nous assistons à la fermeture des représentations provinciales. Nous restons centrés sur l’Estuaire au détriment des exploitants. Car, ces exploitants n’ont pas bénéficié de suivi, comme nous l’avons fait par le passé», explique le Directeur général.

Depuis sa création, l’Igad vise notamment le développement d’un tissu agricole périurbain de type privé sous forme d’agriculture sédentaire, intensive et protectrice de l’environnement, l’approvisionnement des marchés urbains en produits frais locaux et la valorisation des potentialités agricoles dans le pays. Il s’agit d’objectifs essentiels en sachant que depuis des décennies, le Gabon est un pays qui importe massivement des denrées alimentaires pour les besoins de sa population.