CODE MINIER
Le projet de révision sur la bonne voie

 

Le nouveau code minier est actuellement en train d’être finalisé. Le projet de texte sera bientôt présenté en conseil des ministres. Le but consiste à parvenir à une accélération du développement du secteur.

La révision du code minier vise notamment à assurer la transparence et la gestion durable des ressources minières au Gabon. Le nouveau texte devrait mettre l’accent sur une meilleure répartition des revenus du secteur minier entre les investisseurs et l’Etat gabonais, mais aussi sur l’accompagnement du développement local.

«Je crois en ce que le secteur minier peut apporter comme évolution économique en termes d’emploi et de ressources financières. Mais également la capacité du secteur à participer au développement de nos localités à travers la responsabilité sociétale des entreprises», a affirmé le ministre des Mines, Christian Magnagna.

Le renforcement du partenariat entre l’Etat et les acteurs privés du secteur minier fait partie aussi des priorités actuellement. Le ministre parle d’un secteur qui doit être « plus rentable et plus profitable » et d’un partenariat équitable.

Contribuant actuellement à hauteur de 4% au PIB du pays, le secteur minier devrait connaitre dans les prochaines années une évolution constante. Sa contribution au PIB devrait atteindre les 8% d’ici 2020 et 25% vers 2030. Un pari tout à fait réalisable si l’on se base sur les évolutions des dernières années : le Gabon pourrait devenir le premier pays producteur de manganèse dans le monde dès l’année prochaine. Car 6 millions de tonnes de productions sont déjà attendues cette année. Le secteur aurifère évolue très vite aussi. Une évolution est attendue avec la mise en exploitation de 10 mines à petite échelle et la valorisation des coopératives artisanales. D’autres projets miniers sont aussi sur les rails, comme l’exploitation d’or à Eteke et l’exploitation de minerai de fer dans différents sites.