CONSTRUCTIONS ANARCHIQUES
Le gouvernement veut y mettre un terme

 

L’Exécutif gabonais travaille actuellement pour venir à bout des constructions anarchiques de grands bâtiments dans des quartiers résidentiels. Pour les autorités, les édifices qui ne répondent pas à la hiérarchie des normes en matière d’urbanisme constituent avant tout un risque et occasionnent une gêne auprès des riverains.

Plusieurs questions sur le sujet ont été abordées ce 8 janvier 2018, lors de la réunion interministérielle présidée par le Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet. Les  membres du gouvernement concernés par ce dossier et les maires de Libreville, d’Owendo et d’Akanda, ont participé à ce conclave qui consistait à examiner les raisons de l’érection de ces grands bâtiments (R+ 5, 6, 7, voire plus) qui dominent l’espace urbain, les quartiers résidentiels, sans respect des normes et violant parfois l’intimité des voisins.

Le phénomène est visible dans plusieurs quartiers de la capitale : Louis- Quaben, Batterie 4 etc. Pour le gouvernement, il est temps de prendre des dispositions pour que les constructions en cours dans ces quartiers soient compatibles avec les plans locaux d’urbanisme.

« Tout ceci doit s’arrêter par une meilleure définition de la norme et un meilleur encadrement juridique. Des dispositions existent dans le code de l’urbanisme présenté par le Ministre de tutelle Josué Mbadinga, en matière d’occupation, d’utilisation physique des sols, de constructibilité limitée et de permis de construire », explique-t-on dans le communiqué publié après la tenue de la réunion.

S’appuyant sur le principe « nul n’est censé ignoré la loi », le responsable du département en charge de l’Habitat a affirmé pour sa part que : « Le non- respect de la législation nationale expose les contrevenants à des sanctions. ». Le Ministère en charge du  Budget et celui en charge de l’Urbanisme, en collaboration avec les mairies, ont été chargés, en cas de récidive, de procéder soit à des démolitions partielles ou totales, soit à la réquisition de ces bâtiments.