APPUI BUDGETAIRE
Objectif atteint en 2017

Dans le cadre du Plan de relance de l’économie gabonaise, sous impulsion du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, et piloté par le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet,  quatre institutions financières internationales se sont engagées à financer l’essentiel du programme d’appui budgétaire au profit du Gabon. Il s’agit du FMI, de la Banque Mondiale, de la BAD et de l’AFD. Ces bailleurs de fonds ont décidé d’apporter un appui budgétaire en 2017 pour un montant global initial de 616,9 milliards de FCFA.

Parmi les dernières opérations de décaissement en date, celle du Fonds monétaire international (FMI) d’un montant de 101,1 millions de dollars dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de relance l’économie (PRE). C’est un appui financier qui est réalisé au titre du Mécanisme élargi de crédits (MEDC) dans le cadre duquel l’institution de Bretton Woods avait accordé, en juin 2017, un financement triennal de 642 millions de dollars.

Quant aux prévisions établies par les autorités gabonaises, s’agissant des autres partenaires, la Banque Africaine de Développement (BAD) devrait verser 327,8 milliards de FCFA, la Banque Mondiale 122 milliards de FCFA et l’Agence Française de Développement 49,2 milliards de FCFA. Sur cette programmation, plus de 600 milliards de F CFA ont été encaissés.

Bref, l’objectif a été atteint et selon un responsable auprès du Ministère du Budget et des Comptes Publics, les dépenses d’investissement, y compris les comptes d’affectation spéciale et les attributions de produits, seront parmi les principaux bénéficiaires de cette situation.

Notons que dans la Loi de finances 2018, le poste dépenses d’investissement enregistre déjà une hausse de 11,6 milliards de FCFA pour se situer à 455,4 milliards de FCFA. Ces dépenses prennent en compte 285,1 milliards de FCFA au titre des projets bénéficiant de financements extérieurs (FINEX), 48,6 milliards de FCFA pour les contreparties adossées à ces FINEX.