MAKOUKE : Les plantations de palme en constante évolution

MAKOUKE
Les plantations de palme en constante évolution

 

Le site de Makouké, dans la province du Moyen-Ogooué, prévoit une hausse de la production de noix de palme et une extension des plantations de palmier à huile dès les prochains mois. La plus ancienne palmeraie du Gabon revit après avoir été repris par Olam en 2016.

Une production d’au moins 60 tonnes de noix de palme par jour. C’est l’ambition du groupe Olam sur le site de Makouké. Il s’agit de la plus ancienne palmeraie du Gabon mais qui continue de nourrir beaucoup d’espoir actuellement depuis la reprise des plantations à Siat Gabon par le groupe Olam.

«Notre objectif est de produire 60 à 70 tonnes de noix de palme par jour. Mais aujourd’hui, nous n’en sommes qu’à 22 tonnes. Nous avons encore beaucoup de travail à faire», a affirmé Henry Dusmin, le Directeur général du site à Makouké.

Les plantations évoluent également. «L’objectif final est de planter 8000 hectares…Nous sommes cependant freinés dans notre élan par certains endroits sur lesquels nous ne pouvons pas planter : les zones tampons. Avec les autorités, nous essayons d’obtenir les autorisations nécessaires pour exploiter lesdites zones», continue le Directeur général.

Pour atteindre les objectifs que la société a fixés, il fallait procéder à de nouveaux recrutements au cours des dernières années. La création d’emplois constitue ainsi l’un des principaux avantages acquis à la suite de la reprise de la plantation de Makouké. «A notre arrivée, nous avons lancé un programme de recrutement massif. Car, lors de la reprise du site, le personnel qui nous a été rétrocédé était de 50 employés. Depuis, nous avons recruté 500 personnes. Actuellement, nos effectifs sont de 710 employés, dont 658 Gabonais», explique Henry Dusmin. Le Directeur général a également rappelé la nécessité pour le groupe de maintenir une relation cordiale avec la population des environs du site : « Avec les populations locales, nous sommes en train de mettre en place un contrat social. Ils vont nous soumettre leurs doléances et à notre niveau, nous verrons les solutions à y apporter si possible ». A titre d’exemple, des populations locales bénéficient d’un accès à l’électricité et de soins médicaux de base gratuits grâce à Olam.