FAO : Des jeunes agriculteurs formés

FAO
Des jeunes agriculteurs formés

 

La FAO a dispensé des formations à l’endroit de jeunes et de femmes agriculteurs de la Remboué. L’objectif est de renforcer les capacités de ces agriculteurs pour améliorer le rendement de la production de banane.

La formation dispensée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a été axée sur la technique du PIF (Plants issus des fragments de tiges). Des jeunes et des femmes producteurs de banane de la localité de Remboué y ont participé activement.

La formation de quelques jours vise à «outiller les producteurs de banane de la Remboué d’une technique améliorée de multiplication rapide et en masse de plants sains de matériel végétal afin d’accroitre la production de banane », a expliqué Yolande Mbeng, Directeur général adjoint de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa).

«Les apprenants ont été initiés sur les techniques de conditionnement des rejets de bananiers pour obtenir les explants, à les ensemencer dans le germoir, à sevrer et à élever les vivo plants sous combrière en vue de leur endurcissement», a spécifié de son côté Hortense Mbondji, membre de la cellule genre et expert en technique PIF.

Une trentaine de jeunes et de femmes producteurs de banane de cette région, située à environ 200 kilomètres de Libreville, ont participé à la formation organisée en collaboration avec le ministère de l’Agriculture. La formation a consisté à «accompagner ces femmes et ces jeunes dans la production de la matière première afin de les rendre plus autonomes dans leur activité de production de banane et lutter contre la pauvreté en milieu rural», a expliqué pour sa part Huguette Biloho Essono, Chargée de programme de la FAO.

La production de bananes constitue un revenu essentiel pour des agriculteurs gabonais. Le rendement est pourtant jugé faible. Et la mobilisation est nécessaire pour aider ces agriculteurs. Au bout de cinq jours, un agriculteur a témoigné : «Cette formation nous a permis d’acquérir les rudiments nécessaires pour produire la semence saine et lutter contre les charançons qui réduisent la durée de vie de nos bananiers».