REFORME DE L'ADMINISTRATION : Rapport sur la rationalisation des SPP

REFORME DE L’ADMINISTRATION
Rapport sur la rationalisation des SPP

 

Sur instruction du Chef de l’État, le Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet pilote le programme de réflexion et d’action pour rendre plus performant le service public. Ce 24 janvier, le comité de pilotage interministériel sur la rationalisation des services publics personnalisés (SPP) a restitué ses résultats.

Ces dernières années, le gouvernement a mis en place différents services personnalisés de l’État au regard de nombreux dysfonctionnements observés dans l’efficacité de l’action publique. Cette volonté de réforme de l’Administration était clairement exprimée par le Président de la République Ali Bongo Ondimba qui, à l’entame de son magistère voulait rendre le service public performant pour ne pas retarder la mise en œuvre de son programme politique. D’où la création des agences.

Le rapport fraichement relis relève, après examen et analyses, combien de fois les objectifs présidentiels ont malheureusement été dévoyés des années durant. Il s’en est suivi une floraison d’agences éloignées des objectifs du Président Ali Bongo Ondimba et une évolution vertigineuse de la masse salariale du fait des charges de personnel et de la quasi- absence de ressources propres etc.

Ainsi, pour le comité de pilotage, la rationalisation passe par l’identification des problèmes spécifiques, en proposant une démarche qui promeut une gestion axée sur la logique de résultats plutôt que celles des moyens. Elle passe aussi par la révision du cadre organique en adéquation avec les missions assignées à ces SPP.

Il est alors recommandé de rendre obligatoire la décision de la cour des comptes, en ce qui concerne le choix du modèle économique et l’opportunité de créer ou non un service public personnalisé. Limiter à deux ans renouvelables, sur la base de la performance, la durée de détachement des fonctionnaires dans ces services. Au-delà, l’agent public qui souhaite y rester doit renoncer à sa qualité de fonctionnaire en démissionnant de la fonction publique.

Le rapport préconise en outre la systématisation de l’appel à candidature dans les choix des dirigeants des services publics personnalisés. Encourager la possibilité de ces services de générer eux-mêmes leurs ressources propres pour ne plus dépendre des subventions de l’État. Enfin pour plus d’efficacité, le rapport soutient le principe de fusion ou regroupement de certaines agences, en raison de la proximité ou de la similarité de leurs activités.