PNUD : Le programme d’actions présenté au Chef du gouvernement

PNUD
Le programme d’actions présenté au Chef du gouvernement

Une délégation du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), conduite par son Représentant résident au Gabon, Stephen Jackson, s’est rendue chez le Premier ministre, Chef du gouvernement, afin de présenter le programme d’actions de cet organisme pour les prochaines années.

Le programme d’actions du PNUD s’appuie sur l’agenda 2030 des Nations Unies. « Il s’agit d’un plan qui s’articule autour de quatre axes principaux, à savoir la gouvernance, le développement inclusif des plans nationaux de développement sanitaires, la croissance diversifiée par le renforcement des chaînes agricoles et la durabilité environnementale et la résilience », a expliqué le Représentant du PNUD au Gabon.

Stephen Jackson et quelques collaborateurs se sont rendus chez le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, afin de présenter le programme d’actions du PNUD en faveur du Gabon. Les échanges entre le chef du gouvernement et la délégation du PNUD ont permis de faire le tour d’horizon de la coopération entre les deux parties.

Pour le Représentant résident du PNUD, le plus important consistera à « apporter des réponses collectives et intégrées aux besoins nationaux des pays concernés », dans le cadre de la mise en œuvre de l’agenda 2030 des Nations Unies. La délégation du PNUD s’est réjouie durant la réunion de travail avec le Chef du gouvernement de la « franche collaboration » qui existe entre l’Etat gabonais et les organismes du système des Nations Unies depuis des années.

 

La contribution du Gabon, d’un montant de 500 000 dollars, pour appuyer l’Initiative africaine d’adaptation (IAA), a été également évoquée lors de la séance. Il faut rappeler qu’il s’agit d’un engagement du président de la République, annoncé lors du Sommet « One Planet » à Paris, en décembre dernier. C’est une initiative qui vise à renforcer l’action du continent africain en matière d’adaptation climatique, et qui doit contribuer à une amélioration  des infrastructures climatiques et d’observation, tout en soutenant la mise en œuvre de politiques nationales et régionales dans ce sens.