DIVERSIFICATION ECONOMIQUE
La sous-région va en discuter

 

Une réunion de réflexion appelée « Voies de diversification économique en Afrique Centrale » est prévue le 31 janvier 2018 à l’hôtel Hilton de Yaoundé, au Cameroun. Les participants délibéreront sur l’opérationnalisation du « Consensus de Douala ». Mais ce sera aussi une occasion de partager les bonnes pratiques dans ce domaine où le Gabon a connu une avancée notable ces dernières années.

Le Consensus, conclu lors du 33ème Comité intergouvernemental d’experts pour l’Afrique centrale (ICE2017) en septembre 2017, souligne l’urgence d’accélérer le processus de diversification des économies de l’Afrique centrale à travers la promotion d’une industrialisation basée sur les ressources naturelles – notamment agricoles – et conduite par le commerce et l’urbanisation.

Le Consensus de Douala plaide également pour un changement de paradigme « d’un modèle de ressources pour les infrastructures à un modèle de ressources pour l’industrialisation (R4Id) ».

Antonio Pedro, qui dirige le Bureau sous-régional de la Commission économique pour l’Afrique pour l’Afrique centrale (BSR-AC / CEA), explique que la réunion est conforme à la promesse faite par la CEA durant l’ICE2017. « La CEA affirme sa volonté de soutenir les États membres et les Communautés économiques régionales d’Afrique centrale dans la mise en œuvre du Consensus de Douala en organisant régulièrement des réunions avec toutes les parties prenantes et en partageant les expériences des autres régions du continent africain ».

Au cours de la séance de réflexion d’une journée, un document de travail préparé par le BSR-AC / CEA sera présenté pour stimuler l’échange, déclare M. Pedro. « Les participants réfléchiront sur les modalités d’opérationnalisation du Consensus, en identifiant les principaux domaines d’intervention pour l’élaboration de stratégies orientées vers la diversification économique et le développement d’un tissu industriel compétitif pour réaliser la transformation structurelle de la sous-région », ajoute M. Pedro.

La réunion réunira des représentants ministériels, des représentants des Communautés économiques régionales, d’anciens fonctionnaires et consultants de la CEA ainsi que des économistes principaux des bureaux du PNUD en Afrique centrale. Y participeront également le secteur privé, la société civile, les universités et les centres de recherche de la sous-région.