DEPARTEMENT DES TRAVAUX PUBLICS : Dialogue avec les partenaires sociaux

DEPARTEMENT DES TRAVAUX PUBLICS
Dialogue avec les partenaires sociaux

 

La situation au niveau du département des Infrastructures, des Travaux publics et de l’Aménagement du territoire nécessite plus que jamais la poursuite du dialogue entre les responsables et les partenaires sociaux. D’où l’initiative du ministre d’Etat en charge de ces dossiers de pérenniser les pourparlers avec ces partenaires.

Une réunion de mise au point s’est tenue entre Jean-Pierre Oyiba, Ministre d’Etat en charge des Infrastructures, des Travaux publics et de l’Aménagement du territoire, et ses collaborateurs, d’une part, et, d’autre part, les partenaires sociaux. La Secrétaire générale du ministère, Yolande Nyonda, a également participé à cette réunion.

L’idée consiste à privilégier le dialogue avec les partenaires sociaux, notamment dans un contexte marqué par les difficultés de trésorerie dans un certain nombre de service. Mais face aux « difficultés », et notamment face aux tensions de trésorerie, Jean Pierre Oyiba a invité ses collaborateurs «à faire montre d’un peu plus d’imagination, d’abnégation et d’audace».

Les agents qui relèvent de son département ont cependant des revendications. C’est afin d’éviter les possibles tensions que la réunion de mise au point a été initiée. Certains agents ont brandi une menace de grève à un certain temps, mais, à l’issue de la rencontre au ministère, les deux parties semblent persuadées que seul un dialogue fructueux permettra de trouver une issue aux difficultés rencontrées actuellement par le secteur.

Il faut noter que certaines prérogatives du département des Travaux publics ont été transférées à d’autres entités comme l’Agence nationale des grands travaux et des infrastructures (ANGTI). Les agents et les responsables devraient ainsi se conformer à cette nouvelle approche adoptée par l’Exécutif au Gabon. Toutes les questions qui préoccupent les agents ont été discutées lors de la réunion de mise au point. Les discussions vont se poursuivre malgré une gestion compliquée de certains dossiers.