FINANCES PUBLIQUES
De la nécessité des réformes

 

Beaucoup d’efforts ont été déployés ces derniers temps afin de mettre en place un mécanisme visant à améliorer notablement la manière dont le Gabon gère ses ressources publiques. Ce qui a permis, entre autres, de produire un d’indicateurs qui évaluent la qualité des rapports et des données budgétaires.

Et face au contexte qui prévaut actuellement dans notre pays, le Ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes Publics, Jean Fidèle Otandault, soutient que la directive présidentielle de la Saint Sylvestre en faveur de la poursuite des réformes afin de rendre l’Administration plus performante est à qualifier de salutaire. A signaler que le Premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet a aussi souligné la nécessité de d’améliorer l’organisation et de renouveler les méthodes pour davantage de résultats.

« Nous devons ainsi être toujours innovants, afin que les finances publiques, au sens structurel de leur mission, puissent jouer pleinement leur rôle de catalyseur économique et non de facteur de blocage du développement », a indiqué le Ministre d’Etat.

La tâche n’a pas été facile avant que l’Administration puisse enfin évoluer sur la base de nouveaux  principes qui gouvernent la politique et la gestion des finances publiques. Mais le processus de transformation n’est pas encore achevé et s’adapter à la conjoncture actuelle sans remettre en cause ces principes constitue une exigence.

Une nouvelle opportunité se présente ainsi au Ministère du Budget et des Comptes Publics pour démontrer une fois de plus le sens profond de sa mission et la pertinence des réformes qu’il entreprend, à une période où notre pays relève de nombreux défis inscrits dans les mesures d’urgences annoncées par le Chef de l’Etat et le Plan de Relance de l’Economie.