TAXE POUR FINANCER L'UNION AFRICAINE : Une vingtaine de pays ont déjà dit oui

TAXE POUR FINANCER L’UNION AFRICAINE
Une vingtaine de pays ont déjà dit oui

Pour mettre fin à la dépendance financière de l’Union Africaine (UA) aux financements étrangers et particulièrement à celui de l’Union européenne, le chef de l’Etat rwandais Paul Kagame qui préside depuis quelques jours à la destinée de l’institution panafricaine, a mis sur les rails le projet d’imposition d’une taxe de 0,2% sur certains produits importés par les pays membres. Plusieurs pays ont déjà franchi le pas à l’instar du Gabon.

L’objectif donné par l’homme fort de Kigali et de doter l’institution des moyens nécessaires pour qu’elle puisse fonctionner en toute indépendance.  Si l’institution de la taxe n’a pas obtenu l’unanimité, force est de constater que la grande majorité des leaders du continent ne remettent pas en cause sa légitimité.

Lors du Sommet de l’Union africaine du mois de janvier 2018, à Addis-Abeba, il a fallu intensément persuader certaines nations récalcitrantes. Ces dernières qui estiment que cette contribution impactera négativement sur leurs économies qui ne sont pas déjà au mieux de leur forme. A savoir toutefois qu’une vingtaine de chefs d’Etat ont déjà adopté la mesure dont celui du Gabon, Ali Bongo Ondimba.

D’après le Centre de droit commercial pour l’Afrique australe (TRALAC), le continent a importé pour 65,8 milliards de dollars de denrées alimentaires, en 2016.

Selon Ecofin, la taxe sur certains produits importés en Afrique pourrait constituer une source importante de ressources pour le fonctionnement de l’Union africaine. Parmi les plus gros importateurs, l’on avait effectivement certains qui l’ont contestée à Addis-Abeba, notamment l’Egypte avec 15% de la valeur des achats, soit 10 milliards de dollars ; elle est suivie de l’Algérie et de l’Afrique du Sud qui avaient respectivement réalisé des importations de l’ordre de 12% (8 milliards de dollars) et 9% (5,7 milliards de dollars). Le Maroc et le Nigeria arrivent en quatrième et cinquième place avec 4,6 milliards de dollars (7%) et 4,5 milliards de dollars (7%).