PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DE LA DETTE INTÉRIEURE : L’Etat donne des précisions

PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DE LA DETTE INTÉRIEURE
L’Etat donne des précisions

 

La presse a reçu des éclairages sur la procédure de paiement de la dette intérieure suite à la décision de l’Etat gabonais de consacrer 310 milliards de francs CFA à cet effet. Une mesure qui concerne 177 entreprises.

Concernant le règlement des entreprises concernées par cette vaste opération d’apurement de la dette intérieure, plusieurs conditions doivent être remplies par les futurs bénéficiaires. Explication a ainsi été donnée qu’une fiche de validation est requise. Cette dernière doit fournir les caractéristiques de l’entreprise avec différents renseignements comme la dénomination, le NIF, les travaux à réaliser, le montant de la facture, et les justificatifs sur la réalisation des travaux. Ces informations doivent être validées au niveau des directions générales en charge du budget et de la dette.

Et ce sera la fiche de validation produite après la procédure de validation qui permettra à l’entreprise prétendante au règlement d’intégrer le groupe d’intérêt économique appelé aussi le Club de Libreville.

Le GIE procédera alors à l’enregistrement des documents, va s’enquérir du montant à régler et proposera les divers modes de règlement possibles. Car, il faut savoir que les solutions proposées sont multiples : cession immédiate des créances au GIE, cession directe des créances à la banque, paiement de manière échelonnée…

Autre explication donnée, celle sur les différentes catégories constituant le stock de la dette intérieure : les instances du trésor, la dette moratoire, la dette conventionnée, la dette bancaire, la dette auprès des marchés financiers régionaux… Une précision utile dans la mesure où le Club de Libreville ne traite que les dossiers relatifs aux instances du trésor, la dette moratoire, la dette conventionnée et la dette bancaire.

Notons que l’encours de l’ensemble de la dette intérieure et extérieure du Gabon est estimée aujourd’hui à 4100 milliards de francs CFA soit 60% en ce qui concerne la dette extérieure et 40% pour la dette interne. Et selon les analystes, ce taux d’endettement à hauteur de 59% n’est pas aussi préoccupant comme certains veulent le faire croire.