EXPLOITATION FORESTIÈRE ILLÉGALE
Un film sur le Gabon programmé

 

Commandé par Ushuaia TV, une société de média française propriétaire d’une chaîne spécialisée dans les questions de conservation de la nature, le film se penche sur le commerce illégal du trafic de bois au Gabon, qui sert à satisfaire la demande croissante de meubles et de planchers en bois.

A l’heure actuelle la superficie du pays est composée à plus de 80% de forêts. Interpol estime qu’environ 20% des exportations de bois de l’Union européenne proviennent de réseaux criminels.  Le film mettra en avant le travail de l’activiste environnemental américain Mike Fay. Il présentera également Lee White, le Secrétaire Exécutif de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon, ainsi que la police patrouillant la forêt.

Les conséquences du trafic de bois sont dévastatrices pour les écosystèmes forestiers, et leur préservation est un objectif qui s’inscrit totalement dans l’ADN de la chaine Ushuaïa TV, fait remarquer, un des responsables de cette chaine.  Le documentaire sera diffusé en mars 2018 en même temps que la Journée internationale des forêts.

Notons par ailleurs que dans le cadre de ses actions pour la protection de sa richesse forestière, le Gabon a participé dernièrement à la réunion du comité de pilotage sur la valorisation et la gestion du patrimoine mondial forestier d’Afrique Centrale qui est rentrée dans sa deuxième phase. La réunion est à l’initiative du Centre du Patrimoine mondial avec le soutien financier de la commission de l’Union Européenne en collaboration avec le Bureau Régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale.

Elle a vu la participation des représentants des pays bénéficiaires (Administrations centrale et décentralisée), les partenaires techniques à la mise en œuvre du projet (WorldWild Fund for Nature, Wildlife Conservation Society, Zoological Society of London, African Wildlife Foundation, Agence Nationale des Parcs Nationaux et la Fondation pour le Trinational de la Sangha), la COMIFAC, l’UICN, l’OFAC, l’UNESCO et la Délégation de l’Union Européenne.