REMBOUE II : Le canadien Touchstone Oil & Gas reprend les actifs

REMBOUE II
Le canadien Touchstone Oil & Gas reprend les actifs

 

Après quelques années de suspension, les activités pourraient bientôt reprendre sur le champ pétrolier de Remboué à la suite de la signature d’un accord de cession entre Gabon Oil company et  le canadien Touchstone Oil & Gas.

«Nous avons signé le premier accord qui va nous permettre de reprendre les actifs sur le champ de Remboué qui est la première partie de cette entente technique avec Gabon Oil Company », devait préciser le Président Directeur général de Touchstone Oil & Gas, Ian C. Horswill, à l’issue de la cérémonie de signature de l’accord entre les deux parties.

Cet accord devrait permettre la reprise des activités sur le champ pétrolier de Remboué II qui, d’près les premières estimations, devrait être à même de produire environ mille barils de brut par jour dès janvier 2019. «L’avantage pour la société Touchstone Oil & Gas c’est de pouvoir s’associer avec l’opérateur national et de travailler dans le développement d’un champ mature ici au Gabon. Nous comptons être présents au Gabon sur les 20 prochaines années au moins», a continué le PDG du groupe canadien.

De son côté, Gabon Oil Company s’estime être plus à même de se concentrer désormais sur ses activités pétrolières en aval de la chaine après avoir cédé ainsi les 80% des parts du champ de Remboué à Touchstone Oil & Gas.

«Si la cession est validée, nous allons passer à l’étape suivante : mettre le champ en production», a spécifié le Directeur technique de Gabon Oil Company, Igor Nguia. Ce qui permettra aussi de remobiliser au moins une partie du personnel sur le site. «Le champ est en arrêt depuis 2015. Il n’y a pas de staff assigné sur le site actuellement. Par contre, nous avons une opportunité de redéployer du personnel sur le site pour opérer ce champ. Les discussions sont en cours dans ce sens entre la Goc et Touchstone Oil & Gas. C’est d’ailleurs l’un des points centraux ayant motivé la cession du champ à notre partenaire», continue-t-il.

Selon Gabon Oil Company, les activités sur le champ ont été suspendues en octobre 2015, en raison du faible niveau des cours du brut sur le marché international à l’époque et afin d’éviter une exploitation à perte.