ETABLISSEMENTS SCOLAIRES : Sensibilisation contre les violences

ETABLISSEMENTS SCOLAIRES
Sensibilisation contre les violences

 

Depuis quelques temps, une série de sensibilisation contre les violences en milieu scolaire se déroule au niveau de divers établissements scolaires au Gabon. La sensibilisation est effectuée en compagnie de juristes, de médecins et de psychologues.

Ce fut au tour des élèves du lycée Monseigneur Bessieux d’accueillir la délégation du ministère de l’Education nationale à la fin de la semaine passée, dans le cadre d’une tournée de sensibilisation contre les violences en milieu scolaire au Gabon.

Parallèlement à l’élaboration par le gouvernement gabonais d’un Plan d’urgence afin de lutter contre la violence en milieu scolaire, une série de sensibilisation auprès des élèves est menée depuis quelques temps.

En rencontrant les élèves du lycée Monseigneur Bessieux, la ministre de l’Education, Nadine Patricia Anguile Obame, n’a pas mâché ses mots. «Je ne suis pas du tout contente de vous. Si vos parents vous ont envoyés à l’école, ce n’est pas pour venir faire du banditisme, encore moins pour venir vendre ou consommer de la drogue, ni pour menacer ou agresser vos enseignants», a-t-elle déclaré.

Le proviseur du lycée devait, en effet, préciser qu’en ce qui concerne son établissement, c’est la promiscuité avec des bars et autres boutiques qui commercialisent des boissons alcoolisées qui est souvent à l’origine de divers désagrément. Non seulement, ces commerces constituent une grande tentation pour les élèves mais ils perturbent aussi la quiétude nécessaire à un établissement scolaire pour permettre des conditions d’apprentissage normales.

L’équipe de sensibilisation menée par le ministère de l’Education au niveau des écoles est composée de juristes, de médecins et de psychologues pour pouvoir cerner tout le contour du problème.

En décembre 2017, la Fédération nationale des associations des parents d’élèves et étudiants du Gabon (Fenapeg) a déjà déclaré qu’il ne se passe plus un jour sans que l’on enregistre, dans un établissement scolaire, un cas d’agression sur des élèves ou des enseignants. Dans certains cas, pourtant, les violences entraînent la mort. L’agence gabonaise de sécurité scolaire (AGASS) a déjà testé un dispositif de fouille systématique à l’entrée des établissements. Les autorités ont même envisagé l’affectation d’agents de police au sein des établissements, mais toutes ces mesures n’excluent pas les efforts de sensibilisation.