NOUVEL AÉROPORT DE LIBREVILLE
Un projet qui avance

 

Le nouvel aéroport international de Libreville a été attribué à titre de concession à long terme à GSEZ Airports SA, une filiale détenue par Gabon Special Economic Zone (GSEZ). Situé à proximité de Nkok, à 30 km du centre-ville, il remplacera l’aéroport existant, avec une capacité de 2 millions de passagers par an pour la première phase du projet et 5 millions de passagers pour la phase suivante. Le projet avance et l’Etat vient de déclarer d’utilité publique des terrains indispensables à sa réalisation.

Les trois terrains concernés par la mesure entérinée dernièrement par l’Exécutif sont situés dans les localités d’Ayeme Maritime, Nkoltang et Plaine Ayeme, dans le département du Komo Mondah. On sait par ailleurs que le nouvel aéroport va bénéficier d’une extension de sa piste d’atterrissage.

Le premier site accueillera les travaux d’extension de la piste d’atterrissage du nouvel aéroport de Libreville, le deuxième est prévu pour l’aménagement de la desserte de la nouvelle infrastructure, tandis que des constructions seront réalisées sur le troisième site, en vue du relogement des populations impactées par les travaux.

A noter qu’avec le groupe Olam/GSEZ et l’Etat gabonais, Africa Finance Corporation (AFC) est aussi partie prenante dans ce grand projet structurant qui vise notamment à faire de la capitale gabonaise un hub entre l’Asie et l’Afrique centrale.

Et selon les analystes, les efforts déployés par les autorités gabonaises pour doter le pays d’infrastructures de transport modernes commencent à porter leurs fruits. On remarque en effet que de plus en plus d’investisseurs étrangers affichent leur intérêt de miser sur le Gabon dans différents domaines comme l’énergie, l’immobilier social, les nouvelles technologies ou encore l’agriculture.